Ligue 1 Mobilis : Une phase retour entre espoir et crainte

0
717

 Après une trêve qui a duré plus d’un mois, le championnat de la Ligue 1 Mobilis reprendra ses droits ce week-end avec au programme la 16e journée, la première de la phase retour. En ce début de la nouvelle année, les résolutions et les vœux des clubs diffèrent selon les positions au classement.

Un classement au demeurant bien établi même si rien n’est joué que ce soit pour le titre et les places d’honneur ou bien pour le maintien. Certes l’USMA a fait forte impression durant la première moitié du championnat, mais elle a montré quelques signes de lassitude avant la trêve. Des efforts qu’elle a payé au prix fort en se faisant éliminer en Coupe de la CAF, mais aussi en Coupe arabe. Désormais, les Rouge et Noir se concentrent uniquement sur le championnat  dans lequel ils comptent sept points d’avance sur son poursuivant immédiat. Généralement chez nous, celui qui termine champion d’automne a de fortes chances d’être titré à l’arrivée. Cependant, les Usmistes doivent marquer leur terrain dès la reprise, où les attend un déplacement périlleux à Tadjenanet. Pour ce faire, le club algérois s’est renforcé, durant ce mercato d’hiver, avec des éléments de valeur qui devraient apporter un plus au groupe. Il s’agit de l’international espoir Belarbi, mais aussi et surtout les milieux offensifs, Ellafi et Zouari.  L’international libyen sera en principe l’attraction dans le rôle de meneur qui fait cruellement défaut à l’USMA en ce moment. Le marché des Usmistes n’est pas terminé pour autant, ils comptent recruter un défenseur central pour ne pas dépendre de la paire Chafaï-Benyahia seulement. Le leader du championnat sera à n’en pas douter attendu au tournant. Même si jusque-là sa suprématie n’est pas contestée, il n’en demeure pas moins que ses rivaux guettent la moindre baisse de garde des camarades de Benguit, pour revenir à l’affût. La JSK, l’ESS, la JSS ou encore le MCA, chacun de son côté, nourrit le secret espoir de coiffer tout le monde au poteau. En tout cas, ils ne renoncent pas à la lutte pour le titre. Le contraire nous aurait étonné, car il reste beaucoup de points à prendre. L’on est seulement à mi-parcours, personne ne sait ce qui pourrait arriver dans les semaines à venir. L’écart avec le leader n’est pas insurmontable. Cela nous promet une grande explication durant la manche retour. Autant pour le titre que pour le maintien. Au bas du tableau, de nombreuses équipes se tiennent en effet dans un mouchoir de poche. Même la lanterne rouge, le CRB, débarrassé enfin de ses soucis financiers, reprendra la compétition avec un tout autre état d’esprit. Tout le monde à Belouizdad est déterminé à sauver le club du purgatoire. Maintenant que la stabilité et la sérénité sont de retour, le Chabab sera au rendez-vous. Il a déjà annoncé la couleur en Coupe d’Algérie en se qualifiant aux 1/8e de finales. C’est de bon augure pour la suite. Sa prochaine sortie en championnat face à Ain M’lila sera très importante, voire même cruciale dans sa quête au maintien. Un maintien qui concerne pour le moment plus de la moitié des pensionnaires de la Ligue 1, tellement l’écart est infime entre elles. Aucun relâchement n’est permis sous peine de se voir attiré vers les profondeurs du classement. Les point coûteront chers dès la reprise. Pourvu que tout se déroule dans de bonnes conditions, même si on doute un peu.Déjà la phase aller a été caractérisée par beaucoup d’incidents. La violence et les contestations envers l’arbitrage ont été monnaie courantes. Sans oublier les reports tous azimuts et les écarts verbaux qui n’ont épargné personne particulièrement le Président de la FAF et son homologue de la LNF. On craint que le retour où l’enjeu est plus grand, soit plus problématique. Doit-on l’appréhender ? La Ligue doit prendre ses dispositions dès à présent et se montrer ferme et impartial pour éviter tout dépassement. Il y va de sa crédibilité et celle du championnat. L’on voudrait pour une fois que le spectacle soit présent sur le terrain et nulle part ailleurs. C’est notre vœu le plus cher pour 2019.

Ali Nezlioui