Ligue 1: Quel mercato pour nos clubs ?

0
176

Dans quelques jours, du 25 au 31 janvier, les clubs de la Ligue 1 pourront se renforcer en recrutant de nouveaux joueurs dans la limite des 28 licences autorisées.

En d’autres termes, une équipe ayant par exemple 24 joueurs dans son effectif, aura le droit d’embaucher quatre nouvelles recrues. Mais la FAF a émis des conditions, car tous les transferts ne sont pas permis. Ainsi, «les mutations entre clubs algériens seront strictement interdites», comme le précise le communiqué de la FAF. Les clubs devront aller faire leurs emplettes hors de nos frontières ou rapatrier des joueurs algériens en délicatesse ou libérés par leurs clubs étrangers. Cela dit, ce ne sont pas tous les clubs de la Ligue 1 qui ont les moyens financiers pour débaucher des joueurs confirmés évoluant à l’étranger. Est-ce à dire que ce mercato exceptionnel est réservé aux équipes nanties du championnat ? Tout porte à le croire. Les autres, comme souvent, se rabattront sur les joueurs chômeurs qui n’ont pas trouvé d’équipe durant l’intersaison.

Que propose justement le mercato durant cette période particulière ? Pas grand-monde en fait, à l’exception de quelques joueurs algériens qui ont fait leurs preuves en championnat, mais qui n’ont pas pu s’imposer à l’étranger. L’on pense notamment à Abdenour Belhocini, le meilleur buteur du championnat, durant la dernière saison et dont le contrat avec le club qatari d’Umm Salal a été résilié il y a quelques semaines. C’est le cas également du gardien international Mustapha Zeghba qui a mis fin à sa collaboration avec le club saoudien Damac FC. Deux joueurs très courtisés chez nous, surtout qu’ils sont libres de tout engagement.

Ils atterriront vraisemblablement à l’USMA ou au MCA. A moins que le CRB ne vienne chiper l’un d’eux. Ce sont les trois clubs les mieux placés pour rafler la mise. L’on parle également du retour de Abderrahmane Meziane à l’USMA. L’ES Tunis serait prête à le libérer sous forme de prêt avec option d’achat. Son come-back semble acté pour les Usmistes. Tout comme celui de Hocine Benayada dont les problèmes actuels du Club Africain ne lui permettent pas de rester en Tunisie. Il pourrait aussi rebondir à l’USMA, à la recherche d’un latéral…ou au MCA pour disputer la Ligue des champions. Ce sera probablement au plus offrant. Il reste le cas de l’ex-international Zakaria Naïdji pas qualifié au Club Africain. Le CRB et le MCA aimeraient bien l’engager, mais comme il appartient toujours au Paradou, il ne pourra pas opter pour un club algérien, sachant que «les mutations entre clubs algériens sont strictement interdites». À moins que la Fédération ne lui accorde une dérogation. Ce qui serait un passe-droit et Zetchi sera épinglé en sa qualité de propriétaire du PAC. Enfin, l’on ne pense pas que les joueurs étrangers seront sollicités par nos clubs, surtout en cette période de crise sanitaire où les frontières sont fermées. Il pourrait y avoir néanmoins une ou deux exceptions. Voilà à quoi se résume ce mercato exceptionnel d’une semaine à peine, qui avantage un petit nombre de clubs au détriment de la majorité. C’est injuste, mais tout le monde doit s’y conformer.

Ali Nezlioui