Ligue 1: Quelles perspectives pour les clubs ?

0
103

Alors que l’on s’achemine vraisemblablement vers la promulgation de la fin de saison – la décision finale sera prise au cours de cette semaine – avec quelles perspectives les clubs de la Ligue 1 vont-ils entamer la nouvelle ?

Il faut dire que la crise est passée par là. Une crise multidimensionnelle contraignant les dirigeants à faire profil bas, en attendant l’intervention providentielle des pouvoirs publics. Les joueurs pour leur part, guettent la moindre occasion pour déguerpir et aller monnayer leur talent sous d’autres cieux plus cléments. La tendance de l’exode devrait se confirmer cet été et même s’accentuer par rapport aux saisons écoulées, car les clubs ont de plus en plus de difficultés à garder leurs effectifs. Même les clubs les plus nantis comme le MCA, la JSK ou encore l’ESS éprouvent les pires difficultés à honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs employés. En dépit de la réduction des salaires, parfois de moitié, suite à l’arrêt du championnat pour cause de l’épidémie du coronavirus, les pensionnaires de l’élite souffrent énormément sur le plan financier. Certains sont au bord de l’asphyxie. Seuls leur fierté et leur orgueil les empêchent de mettre la clé sous le paillasson. Ils espèrent, comme c’est souvent le cas, l’intervention de l’Etat pour les sauver du naufrage. C’est la raison pour laquelle, la plupart d’entre eux ont déclaré ne pas vouloir reprendre la compétition. C’est aussi leur cri de détresse, ayant du mal à accepter par ailleurs que certains clubs sont totalement pris en charge par des sociétés publiques, alors que les autres sont complètement délaissés. Comme toutes les injustices, elle est difficilement vécue par de nombreux présidents de clubs. Ces derniers ne manquent pas une occasion pour la relever, mais leurs doléances sont pour le moment, inaudibles. Il y a risque toutefois d’un durcissement dans les négociations, comme le préconisent certains dirigeants appelant à boycotter la compétition. Ce n’est pas du tout à écarter, si leur situation ne s’améliore pas dans les semaines à venir. En attendant, le malaise est général, signe d’une décadence qui affecte tout le secteur. Le football local plonge dans le marasme qui le conduira inexorablement vers des lendemains incertains. La nouvelle saison ne s’annonce guère sous les meilleurs auspices. C’est une évidence pour tous les acteurs du ballon rond. Heureusement, ce n’est pas toutes les équipes qui connaissent une descente vers l’enfer. Certaines, hélas que l’on peut compter sur les doigts d’une main, vont s’en sortir grâce notamment au soutien de l’Etat. L’on pense nommément au CRB, leader avant l’arrêt du championnat et qui pourrait être déclaré champion dans les jours à venir. Le club belouizdadi ne connaît pas de problème depuis la venue du Groupe Madar. C’est le cas aussi de son voisin, l’USMA dont la crise est derrière elle. Serport, le nouveau propriétaire, semble avoir de grandes ambitions pour l’équipe. il est en tout cas très actif sur le terrain, faisant des jaloux. La Société publique portuaire compte donner une autre dimension au club. Son projet démarre fort, mais il faudra attendre pour voir les résultats. Côté recrutement, le nouveau directeur sportif, l’ex-capitaine des Verts, Antar Yahia, a entamé son boulot en recrutant déjà quatre jeunes joueurs franco-algériens. C’est la filière optée pour renforcer l’équipe. Est-ce qu’elle va donner les résultats escomptés ? Seul le temps nous le dira. Cela dit, la direction est animée de bonnes intentions et de beaucoup de volonté. Ce qui tranche un peu avec  l’apathie et le découragement que l’on peut aisément deviner chez les autres clubs.

Ali Nezlioui