Ligue des champions africaine:  L’idée audacieuse d’Infantino

0
87

Une Ligue des champions fermée. Les grosses écuries européennes en rêvent depuis quelque temps, Gianni Infantino veut, quant à lui, la créer d’abord… en Afrique.

Invité à Lubumbashi, en République démocratique du Congo pour fêter le 80e anniversaire de la création du TP Mazembe, le président de la Fifa en a saisi l’occasion pour lancer une idée qui ne manquera pas de faire rêver tout un Continent ou pas. Une idée pour le moins ambitieuse pour ne pas dire audacieuse qui consiste à créer une Ligue des champions fermée. «Il faut prendre les 20 meilleurs clubs d’Afrique et les faire jouer dans une ligue africaine», a-t-il suggéré dans des propos rapportés par l’AFP. Pour étayer sa proposition, le premier responsable du football mondial ajoute : «Une telle ligue peut générer au moins 200 millions de revenus, ce qui la placerait dans le Top 10 mondial, du jour au lendemain». Rien que ça ! Avec Infantino tout est semble-t-il question de revenus, de pognon et d’investissements. Il lance d’ailleurs un appel aux riches investisseurs, «pour récolter un milliard afin que l’on puisse doter chaque pays africain d’un vrai stade de football aux normes FIFA et internationales», ajoute-t-il, ayant probablement constaté le grand déficit des Africains dans ce secteur. Son objectif est de «porter le football africain au sommet du monde», mais aussi d’arrêter l’exode des joueurs africains vers l’Europe. A moins que ce soit juste un effet d’annonce en vue de récolter un maximum de voix en vue de sa réélection à la tête de la Fifa ? En tout cas, son projet ne manquera pas susciter l’intérêt, même si sa concrétisation parait plutôt compliquée, voire utopique. Il y aura certainement des pour et des contre, car un tel projet pourrait affaiblir considérablement les championnats locaux. D’autres ne veulent pas non plus que l’Afrique soit un laboratoire pour la Superligue européenne dont la création semble inéluctable dans les années à venir. La CAF otage de ses divergences internes et engluée dans une crise latente conséquence d’une gestion désastreuse depuis des décennies n’a plus son destin en mains. Son président Ahmad Ahmad a reconnu son échec sollicitant l’expertise de la fifa. Une demande de tutelle à peine déguisée sur laquelle a sauté Infantino pour élargir son champ d’action et son influence à travers tout un continent connu pour être un pourvoyeur de voix. Une ligue des champions africaine fermée, quel impact aura-t-elle, par ailleurs, sur les clubs algériens en cas de sa concrétisation ? Pour le moment, ce n’est qu’une simple suggestion lancée certes par un haut responsable du football, mais sa réalisation exige une longue réflexion et beaucoup de moyens que les équipes africaines ne possèdent pas actuellement. Mais elle a le mérite d’exister désormais. Si une élite se dégage en Afrique, à savoir Mazembe, Vita Club, Enyimba, ASEC Abidjan, Mamelodi Sundowns et Kaizers Chiefs, Ahly, Zamalek, Ismaily (Egypte), Esperance, Club Africain, Etoile du Sahel, Sfax (Tunisie), Wydad et Raja Casablanca, les FAR (Maroc), Al Hilal (Soudan). Chez nous, le choix des trois clubs serait cornélien, car il y a au moins cinq équipes qui peuvent prétendre à cette Ligue. On ne voudrait pas tirer des plans sur la comète, mais cette compétition pourrait faire beaucoup de de malheureux. Heureusement que pour le moment ce n’est qu’une suggestion, une idée lancée en l’air. Mais sait-on jamais…

Ali Nezlioui