Ligue des champions: L’USMA et la JSK condamnées à jouer les seconds rôles ?

0
70

Une victoire et un nul, le bilan des deux représentants algériens en Ligue des champions africaine à l’occasion de la première journée de la phase des poules, n’est pas mal.

Il est vrai que la JSK et l’USMA ont évolué à domicile, mais cela n’enlève rien à leur mérite face à des adversaires coriaces qui ont de surcroît un grand vécu dans les joutes continentales. Il faut dire que la Ligue des champions, cette saison, regroupe les meilleurs équipes du continent ou presque. Personne ne manque pratiquement à l’appel. Du détenteur, l’EST, au finaliste le WAC, en passant par le Ahly, le Zamalek, le TP Mazembe, le Raja, Sundowns, ou encore l’ES Sahel, le plateau proposé est riche et consistant. D’où la question de savoir si les Usmistes et les Canaris ont véritablement des chances de s’illustrer dans la plus prestigieuse des compétitions africaines inter clubs. Il faut rappeler que depuis l’instauration de la nouvelle formule de la Ligue des champions en 1997, seule l’ESS est parvenue, côté algérien, à remporter le trophée un peu à la surprise générale. L’USMA de son côté, a atteint la finale, mais elle a échoué à décrocher sa première étoile derrière laquelle elle court toujours.

Il semble que ce ne sera pas pour cette fois, au vu des forces en présence et compte tenu surtout des chamboulements qu’à connus le club algérois ces derniers temps, que ce soit sur le plan administratif ou bien dans sa composante. Avec un effectif complètement remodelé par rapport à celui de la saison écoulée et un entraîneur qui manque cruellement d’expérience à ce niveau, les Usmistes auront du mal à tenir leur rang. On l’a bien vu, ce samedi face au WAC à Blida. Après avoir ouvert le score très tôt dans le match, les Rouge et Noir ont eu toutes les peines du monde à contrôler les débats et avoir la mainmise sur le jeu. Ils se sont contentés de défendre leur maigre acquis. Mais devant un adversaire aussi rodé et redoutable que le WAC, il était inéluctable que ça allait craquer à un moment ou un autre. Est-ce que les Usmistes pouvaient avoir des regrets pour avoir concédé le nul dans les dernières minutes de la partie ? Pas spécialement, car ils ont trop subi le jeu pour espérer un meilleur résultat. D’autant qu’ils ont perdu très tôt leur meilleur élément dans l’entre jeu, Benkhelifa en l’occurrence. Dans ces conditions, le nul n’est pas franchement une mauvaise affaire. Avec son groupe actuel, l’USMA ne peut espérer mieux qu’une qualification aux quarts de finale. S’extirper des poules serait déjà un véritable exploit pour la bande de Dziri Billel. Même si en football, il y a toujours une part d’improbabilité et d’indécision à laquelle s’accrochent les moins lotis. Cela fait partie de la glorieuse incertitude du sport. Mais concrètement, si l’on se fie aux forces en présence, l’USMA actuelle ne peut pas faire partie des favoris. Le constat est également valable pour la JSK dont la qualification à ce stade la compétition est déjà un exploit en soi.

Les Canaris retrouvent la phase des poules après pratiquement dix ans d’absence. Une décennie durant laquelle le club phare de la Kabylie a plus joué le maintien que les premiers rôles en championnat. C’est pour cette raison que l’on s’étonne du discours de son président Cherif Mellal qui pense que son équipe a les moyens d’aller défier les ténors africains. Un discours en complète déphasage avec la réalité du terrain, même si on ne peut pas lui reprocher son côté ambitieux et un peu fonceur. La JSK a besoin de temps pour retrouver son lustre d’antan, il ne faut surtout pas brûler les étapes et vendre du rêve aux supporters. C’est un leurre de penser aujourd’hui qu’il y a une équipe algérienne qui peut rivaliser au plus haut niveau sur le plan africain. Le constat est amer, mais terriblement réaliste. Il y a trop d’instabilité et un manque d’investissement au niveau des clubs pour pouvoir prétendre à mieux pour le moment. Cela dit, rien ne peut nous empêcher de rêver à un coup d’éclat toujours possible dans le football.

Ali Nezlioui