Loi de finances 2021: Le dinar continue sa chute brutale

0
149

On s’attend à ce que le taux de change officiel du dinar continue de baisser par rapport aux devises, en particulier le dollar et l’euro. Ceci est conforme à ce que les autorités ont tiré pour l’année en cours au titre de la loi de finance.

Le taux de change de la monnaie nationale atteignant 142 dinars pour chaque dollar, ce qui représente le pic de la baisse du taux de change officiel au cours de l’année 2021. Dans ce contexte, la loi de finances pour 2021 prévoit que le taux de change d’un dinar recule par rapport à son niveau de l’année 2020, car il était de l’ordre de 123 dinars pour 1 dollar, mais cette année il diminue encore pour atteindre 142 dinars pour un dollar, et conformément à ce qui est clairement indiqué dans la loi de finances.

Il est à noter que les Algériens ont été surpris par les niveaux sans précédent de la baisse du dinar à la fin de l’année dernière et au début de l’année en cours, des chiffres historiques issus de l’effondrement que la monnaie nationale n’avait jamais atteint auparavant, le taux de change officiel était 132 dinars pour un dollar à la fin de la semaine dernière (21 janvier), selon les données officielles de la Banque d’Algérie, soit 4 dinars de plus que son niveau de 2020, mais il reste encore 10 dinars loin du niveau spécifié dans la loi de finances, qui est de 142 dollars. Selon ces mêmes données, il est prévu et probable que le dinar perdra davantage de sa valeur sur le marché des devises officielles, enregistrant -10 dinars dans les mois à venir, pour atteindre le niveau spécifié par la loi de finances, qui est de 142 dinars pour un dollar.

D’après les observateurs et les experts monétiques, les niveaux historiques de la baisse du dinar, apparus au début de cette année, ne sont que le prélude à une détérioration qui se produira dans les mois à venir, car on s’attend à ce que le pic de la baisse fulgurant dans les mois à venir, d’autant que les facteurs qui renforcent la monnaie nationale sont encore loin ! Comme la production nationale mais aussi les exportations des hydrocarbures, dont les niveaux sont encore faibles compte tenu des prix actuels du pétrole et du gaz, car malgré leur récente reprise, selon les spécialistes, ils ne sont pas encore suffisants pour soutenir et renforcer le dinar, mais aussi l’économie nationale.

Le marché noir de la devise en Algérie a suivi la même tendance que le marché officiel, malgré la fermeture continue des frontières terrestres, maritimes et aériennes, le dinar a continué de baisser sur le marché parallèle, enregistrant une hausse vertigineuse, en ce début de l’année, 21. 000 DA pour un billet de 100 euros. Pour éviter le chaos, les autorités doivent revoir la politique monétaire du pays, qui a fait plonger le niveau du dinar d’environ 60% en un an, et avec elle le pouvoir d’achat des citoyens. Sachant que les quatre fondements de la préservation de la valeur du dinar se sont effondrés notamment, à savoir le prix du pétrole, la production nationale, la croissance économique et la compétitivité économique.

M.W. Benchabane