Louh à propos des affaires de corruption : «Personne n’échappera à la justice»

0
26

Le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh, a rassuré sur les affaires de corruption qui se trouvent au niveau de la justice et dans lesquels sont impliqués des élus et des personnalités.

S’exprimant hier  en marge d’une visite de travail à Tindouf, le ministre de la Justice, qui s’est abstenu de tout commentaire depuis l’affaire de Kamel Chikhi, plus connu sous le sobriquet d’El Bouchi, affirme que personne n’est au-dessus de la loi et que les affaires de corruption seront traités avec rigueur et assurance. «La lutte contre la corruption poursuit son cour conformément aux directives et orientations de son Excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Personne, quels que soient son rang et son statut, n’échappera à la justice qui accomplit sa mission avec sérieux et fermeté», assure Tayeb Louh qui semble ainsi répondre indirectement à ceux qui défendent le sénateur du RND de Tipaza, arrêté après avoir été pris en flagrant délit de corruption. Le ministre de la Justice affirme qu’il n’y a pas d’exception. «Tous ceux qui sont impliqués dans des affaires de corruption seront traités selon les textes de loi de la République. Il n’y aura pas de traitement spécial ni dans un sens ni dans l’autre», précise le ministre qui rejette ainsi les rumeurs sur une éventuelle extinction des poursuites judiciaires à l’encontre du sénateur du RND. Le ministre de la Justice semble donc adresser un message aux sénateurs frondeurs qui contestent l’emprisonnement d’un des leurs dans une affaire de corruption. Ces frondeurs, essentiellement du RND, rejettent la levée de l’immunité parlementaire au sénateur de Tipaza, Malek Boudjouher, qu’Abdelkader Bensalah espère obtenir dans les tous prochains jours, une fois la procédure lancée. Si cette levée est réalisée, elle sera la première de l’histoire du Parlement.

« Une justice forte et indépendante peut faire face aux  différentes formes de corruption »

 Le ministre de la Justice, Garde des sceaux,  Tayeb Louh, a déclaré dimanche à Tindouf, qu’ »une justice forte et  indépendante » peut contrecarrer les différentes formes de la corruption. « Une justice forte, indépendante et intègre peut faire face aux  différentes formes de corruption et aux autres maux sociaux », a affirmé M.  Louh  dans son allocution, devant les notables et représentants de la  société civile, diffusée par visio-conférence au niveau de l’ensemble des  Cours de justice, en marge d’une visite de travail dans la wilaya. Le ministre a souligné, à ce titre, que « la justice algérienne, armée de  la Constitution, des Lois de la République et de la volonté politique  soutenue, poursuit la mise en œuvre des lois en fonction des procédures et  principes appliqués par l’ensemble des pays qui respectent les droits et  libertés de manière civilisée ». « Chacun (de nous) doit savoir que nul n’est au dessus de la Loi ou qu’il  peut violer son autorité », a-t-il martelé, tout en appelant « à poursuivre  une lutte sans merci contre les maux sociaux eu égard aux dangers engendrés  par la corruption et les fléaux qui  rongent les sociétés et entravent leur  progrès ». Le ministre a, à l’occasion, annoncé la création d’un pôle pénal dédié aux  affaires financières « qui sera doté de tous les moyens humains et matériels  nécessaires lui permettant de mener sa mission avec efficacité, dans la  lutte contre le crime de la corruption, dans le cadre de la poursuite des  réformes du système juridique visant l’amélioration de l’efficacité de  lutte contre la corruption ». Tayeb LOUH a mis l’accent sur la paix et la sécurité dont jouit le pays à  la faveur, a-t-il soutenu, « de la réconciliation nationale prônée par le  Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et plébiscité par le  peuple dans son écrasante majorité. » Il a également souligné « la grande importance » qu’accorde l’Etat au grand  Sud algérien et l’intérêt que revêt la wilaya de Tindouf au travers les  efforts de développement accordés à cette région, à l’instar de la  création, en 2005, de la Cour de justice pour prendre en charge les  préoccupations des citoyens. Le ministre de la Justice, Garde des sceaux a procédé auparavant à  l’inauguration d’un tribunal administratif appelé à épargner aux  justiciables le déplacement à la wilaya de Béchar dans le cadre de la  consécration du programme du Président de la République visant le  rapprochement de la justice des citoyens. M. LOUH  a, au terme de sa visite dans la wilaya de Tindouf, inspecté le  chantier de réalisation d’un nouveau tribunal à Tindouf Lotfi, dont les  travaux ont atteint un taux d’avancement de 70%.

Meriem H