Lutte contre la propagation de covid-19: Le gouvernement réitère ses appels à la prudence et à la mobilisation des citoyens

0
215

En décidant de reconduire les mesures de confinement contre le covid-19, le gouvernement a réitéré ses appels à la prudence et à la mobilisation des citoyens pour poursuivre, sans relâche, la lutte contre la propagation de cette épidémie et relever ce défi sanitaire.

Les walis sont tenus de veiller au respect de ces mesures et de l’application des sanctions réglementaires à l’encontre des contrevenants ainsi que les propriétaires des lieux accueillant ces regroupements. Ces mesures qui interviennent en application des instructions du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus, s’inscrivant toujours dans l’objectif de préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation de covid-19 et soutenue par la démarche basée sur la prudence et la flexibilité engagée par les pouvoirs publics. Dans ce contexte, le ministère de la Santé a élaboré une stratégie nationale en vue de fournir de plus amples informations sur le vaccin et suivre l’opération au quotidien, ainsi qu’en la diffusion d’émissions de sensibilisation à travers les chaînes de télévision nationale. La vaccination contre la Covid-19 commencera dès la réception des premières doses de vaccin prévue dans les « tout prochains jours », avait déclaré le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar.M. Fourar avait précisé que « le vaccin est le seul moyen efficace pour casser la chaîne de transmission », assurant que le ministère de la Santé est prêt sur le plan logistique et professionnel pour débuter la campagne de vaccination. Il avait, dans ce contexte, fait état de la mise en place, au ministère, d’une cellule pour la mobilisation des encadreurs au niveau de toutes les wilayas et des structures habituées à pratiquer des vaccinations. Sur le choix du vaccin, M. Fourar a fait savoir que « l’Algérie ne mise pas sur le vaccin d’un seul laboratoire, mais aura recours, à l’instar des autres pays, à plusieurs vaccins de différents laboratoires parmi ceux approuvés pour leur innocuité et leur efficacité ».Concernant l’enveloppe budgétaire mobilisée par l’Etat à cette opération, M. Fourar a fait état de l’affectation de 15 milliards de Da pour la toute première quantité, pour s’élever, par la suite, à un montant de 200 mds DA, au fur et à mesure de l’arrivée des autres doses. Par ailleurs et pour convaincre les citoyens de l’importance du vaccin, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de Coronavirus a dit « compter sur les différents médias nationaux, en vue sensibiliser le citoyen sur l’importance de ce vaccin et diffuser l’information correcte », affirmant que le vaccin demeure jusqu’à présent  » la seule arme » à même de juguler le virus. Selon M. Fourar, les catégories qui bénéficieront de ce vaccin ont été déterminées. Il s’agit, en priorité, des corps du secteur de la santé et des autres secteurs stratégiques, les personnes âgées, ainsi que les patients atteints de pathologies chroniques. Les femmes enceintes, les personnes présentant une allergie aux composants du vaccin ainsi que les enfants, ne sont pas concernés, ajoute le même responsable qui rappelle que le vaccin demeure  » non obligatoire pour les citoyens ».Pour rappel, la question de l’acquisition du vaccin anti-Covid-19, notamment à la lumière des avancées réalisées au titre de la phase de développement et d’expérimentation de ce produit par plusieurs laboratoires pharmaceutiques, avait fait l’objet dernièrement d’un conseil interministériel présidé par le Premier ministre.

Lors de ce conseil,  Djerad avait rappelé l’engagement du Président de la République à acquérir le vaccin anti-Covid au profit de nos citoyens dans les meilleurs délais, tout en indiquant que le choix du produit, qui revient en premier lieu à l’autorité sanitaire, doit impérativement offrir les gages de qualité, de fiabilité et bénéficier de l’agrément de l’Organisation mondiale de la santé. En outre, il a souligné que cette question revêt la plus grande priorité pour les pouvoirs publics qui mobiliseront tous les moyens financiers et matériels dans ce cadre.Aussi, le Premier ministre a demandé la mise en place d’un dispositif opérationnel en charge de la préparation de tous les aspects logistiques liés à l’opération d’importation du vaccin ainsi que son stockage et sa distribution.

Mise en place de deux Task force :

 la première d’ordre sanitaire, présidée par le ministre de la Santé, a pour mission de proposer la stratégie d’acquisition du vaccin, le plan de vaccination à mettre en œuvre ainsi que la préparation du personnel appelé à être mobilisé dans la campagne de vaccination, et la seconde, présidée par le ministre de l’Intérieur, est chargé de préparer l’organisation de la logistique nécessaire au transport, au stockage et à la distribution du vaccin. Dans un autre registre, le gouvernement avait rappelé la phase préoccupante que connait le pays au plan de l’évolution de la situation épidémiologique et invite les citoyens à davantage de mobilisation et de discipline pour freiner la propagation de l’épidémie et relever ce défi sanitaire majeur auquel fait face la nation, à l’instar de tous les pays dans le monde. C’est dans ce sens que le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a arrêté des dispositions supplémentaires de renforcement des mesures de prévention et de protection, engagées par les pouvoirs publics dans la gestion de la crise sanitaire liée à la propagation de la pandémie du Coronavirus. Ces nouvelles dispositions qui interviennent en application des instructions du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus et l’autorité sanitaire, visent à préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du Coronavirus. Elles seront mises en œuvre graduellement en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique.Ceci au moment où les spécialistes ont relevé une évolution préoccupante de la situation épidémiologique, marquée essentiellement par une recrudescence du nombre de cas quotidiens de contaminations, une augmentation du taux d’incidence dans certaines wilayas et une forte accélération de la circulation virale traduite par un taux élevé de positivité des prélèvements et ne cessent de recommander la prudence et la vigilance de la part des citoyens. Ce rebond de la pandémie trouve son explication dans le relâchement manifeste de la vigilance des citoyens, l’abandon des réflexes de prudence et le non-respect des gestes barrières, en particulier le port obligatoire du masque, le respect de la distanciation physique et l’hygiène des mains.A ce titre, les regroupements de toutes natures et la non observance des protocoles sanitaires dans différents lieux, en particulier les moyens de transport, les commerces et les espaces publics ont été les principaux facteurs qui ont provoqué la résurgence de cas de clusters et favorisé la propagation rapide du virus, a-t-on expliqué.De ce fait, il a été décidé la mise en place immédiate d’un plan d’action d’urgence, avec des mesures précises et échelonnées dans le temps et ce, pour contenir la propagation de l’épidémie et réunir toutes les conditions humaines et logistiques pour assurer la meilleure prise en charge des malades. Ce plan d’action sera articulé sur le renforcement des mesures de prévention dans ses volets sanitaire et sécuritaire, une stratégie de communication plus efficiente et une sensibilisation plus forte envers les citoyens et l’application rigoureuse des mesures coercitives réglementaires. L’accent a été mis sur la nécessité de doter les structures hospitalières de tous les moyens en matière d’équipements, de tests PCR et de tests antigéniques, de moyens de protection, d’oxygène et de lits supplémentaires ainsi que la nécessité de remobiliser les établissements de santé à l’effet de concentrer leurs activités ainsi que tout le potentiel existant dans la prise en charge prioritaire des soins anti-covid, qui est devenue une exigence. Ainsi, l’Etat poursuit son engagement à mettre à la disposition du secteur de la santé tous les moyens matériels, humains ainsi que toutes les mesures incitatives et d’encouragement et en assurant les meilleures conditions d’hébergement et de transport pour les personnels de soins. L’accent a été, également, mis sur la consolidation des canaux de coordination et de communication entre les structures hospitalières, les commissions locales présidées par les walis et la cellule nationale de suivi de l’évolution de la pandémie du Covid-19.Dans le volet communication, il a été relevé la nécessité d’intensifier les actions de communication en direction des citoyens pour les sensibiliser sur la gravité de la situation et les conséquences de toute négligence en matière de respect des mesures de prudence et des gestes barrières, particulièrement à l’approche de la saison hivernale. La communication sociale sera « plus soutenue » en direction des associations, comités de quartiers et mouvement associatif, en coordination avec les communes et les daïras, en vue de renforcer leur mobilisation autour des actions de prévention et de lutte contre l’épidémie du Covid-19 et d’intensifier leurs actions de solidarité envers les citoyens. Par ailleurs, le Premier ministre a instruit les départements ministériels pour interdire, jusqu’à nouvel ordre, l’organisation de séminaires, de colloques, de réunions ou tout autre regroupement qui constituent autant de facteurs de propagation de l’épidémie. Dans l’une de ses dernières sorties, le Premier ministre avait lancé un appel aux citoyens sur la nécessité de poursuivre, avec rigueur et responsabilité, la mise en œuvre des mesures de consolidation du dispositif de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus. Il avait rappelé, dans ce cadre, que la pandémie connait un inquiétant rebond au plan international et une tendance vers l’aggravation de la situation épidémiologique et que beaucoup de pays, dans les cinq continents, sont en train de renforcer les actions préventives et de durcir les mesures de restriction sur la mobilité des personnes et les activités susceptibles d’aggraver les risques de contagion.Il avait également indiqué que la situation dans notre pays, et après une maitrise de la situation sanitaire et l’enregistrement de résultats forts encourageants, montre aujourd’hui des signes perceptibles de relâchement, lesquels suscitent la crainte d’une résurgence de cas de clusters et doivent inciter, non seulement à la prudence, mais surtout à une plus forte mobilisation et un engagement de tous pour freiner la propagation du coronavirus.Le gouvernement relève qu’en cette période particulière, marquée par une reprise contrôlée et progressive de l’activité économique et une rentrée scolaire et universitaire et la reprise de la prière du vendredi dans nos mosquées, tous les efforts doivent être déployés pour maintenir un degré de vigilance maximum et préserver tous les réflexes de prévention et de protection qui ont permis, jusque-là, de nous prémunir d’une situation qui complique toute prise en charge sanitaire.A ce titre, le gouvernement exhorte les citoyens à redoubler de vigilance et à demeurer solidaires et déterminés à poursuivre résolument la lutte contre du coronavirus », ajoutant que « la responsabilité individuelle et collective doit continuer à nous animer pour prémunir la vie des personnes malades et/ou vulnérables et de nos concitoyens et pour partager la charge que supportent notre valeureux corps médical et paramédical en particulier ainsi que les autres corps mobilisés pour faire face à cette épidémie.

  1. Benslimane