lutte contre la terrorisme: L’Algérie appelle la communauté internationale à dégager les « synergies nécessaires » pour une éradication totale du fléau

0
661

L’Algérie a réitéré hier, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, son appel à la communauté internationale en vue de poursuivre les efforts pour dégager les « synergies nécessaires » à même de combattre le phénomène du terrorisme jusqu’à son éradication totale. En condamnant dans les termes les « plus forts » l’attaque terroriste contre une patrouille de police à Kébili, au sud de la Tunisie, l’Algérie a exprimé sa solidarité avec le gouvernement et le peuple tunisiens dans leur lutte contre le terrorisme. Elle a, par la même occasion, réitéré sa ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations et appelé la communauté internationale à poursuivre les efforts pour « dégager les synergies nécessaires pour combattre ce phénomène jusqu’à son éradication ». Récemment, l’Algérie avait appelé, par la voix de son ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel,  à faire bloc commun face à l’expansion du terrorisme, du crime organisé et du trafic en tous genres qui bénéficient de l’absence et de la faiblesse des institutions étatiques. Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujourd’hui les devants de la scène régionale et même internationale. De la résolution des conflits et crises dans son giron immédiat et dans le continent, en passant par une coopération soutenue dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, l’extrémisme, la criminalité transnationale et le trafic sous toutes ses formes, l’Algérie a réussi à faire parler d’elle et à asseoir sa suprématie régionale jusqu’à devenir un acteur incontournable dans la résolution des crises et le rétablissement de la paix et de la sécurité dans la région. Aujourd’hui, la communauté internationale reconnait que l’Algérie a un rôle de leader dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme et constitue un partenaire privilégié dans cette lutte. La longue expérience dont elle dispose en la matière fait d’elle un acteur clé au niveau régional et international. D’ailleurs, ce rôle est de plus en plus mis en évidence, grâce à une expérience acquise sur le terrain tout au long d’une décennie de combat et de lutte sans merci contre le terrorisme. Partant de ce constat, les puissances occidentales, en premier lieu les Etats-Unis, sont convaincus, plus que jamais, que l’Algérie est un partenaire incontournable dans ce domaine, et cette reconnaissance a été maintes fois exprimée par les plus hauts responsables américains qui n’ont pas manqué de dire que le rôle de l’Algérie et son apport en matière de lutte contre le terrorisme dans la sous-région sahélo-saharienne ont été déterminants. Les Etats-Unis ont, dans ce sens, beaucoup apprécié l’analyse du président Bouteflika qui est fortement enrichie de sa très longue expérience de la région pour faire face à la situation très complexe et aux problématiques très compliquées, mais aussi pour faire face aux problèmes du terrorisme et de trafic dans la région. Pour les responsables américains, il existe une approche partagée entre Alger et Washington dans la recherche d’une solution globale assurant la stabilité, tout en éradiquant le terrorisme et le crime organisé. C’est le cas plus particulièrement du secrétaire d’Etat américain, John Kerry, qui avait rendu hommage à l’Algérie pour son rôle «très important et constructif» et son leadership dans la région. Il avait remercié l’Algérie pour ses efforts dans la médiation et son appui  pour l’accord de paix intermalien, qualifié de feuille de route pour rétablir la sécurité et stimuler la bonne gouvernance ainsi que la paix et la réconciliation au Mali. Enchaînant sur la Libye, le chef de la diplomatie américaine avait affirmé que l’Algérie a joué un rôle de soutien « fondamental » dans le cadre des efforts de l’ONU pour parvenir à une solution politique dans ce pays, estimant que la réunion des parties libyennes en Algérie a été un jalon « très important ». Cela confirme le leadership de l’Algérie dans la région, mais aussi l’engagement des parties libyennes envers le dialogue comme étant la seule solution viable à cette crise, a affirmé le secrétaire d’Etat américain, soulignant que son pays s’engage à continuer d’appuyer ce processus pour une Libye stable unie et en paix.  Il a relevé que les groupes terroristes « constituent un défi pour nous tous et, à ce titre les Etats-Unis saluent l’initiative de l’Algérie d’organiser un sommet international sur le thème de la déradicalisation». Il a soutenu que l’Algérie et les Etats Unis vont continuer à travailler ensemble contre le terrorisme et renforcer tous leurs aspects de partenariat sur la sécurité. Il faut rappeler à ce titre que ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis appuient l’approche de l’Algérie dans la résolution pacifique des conflits, car les responsables américains avaient déjà souligné, maintes fois la disposition de leur pays à renforcer la coopération avec l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme et la radicalisation. Désormais, l’Algérie se trouve aux avant-postes de la coopération internationale dans le domaine de la lutte antiterroriste, laquelle figure parmi les dimensions essentielles de l’action diplomatique algérienne, avec le souci d’aller au-delà de la nécessaire dimension militaire et sécuritaire. Il s’agit d’attaquer le terrorisme en essayant d’éliminer ses racines.