Malgré les conditions sanitaires exceptionnelles: Plus de 5 millions d’élèves retrouvent les bancs de l’école

0
119

Plus de 5 millions d’élèves inscrits dans le cycle primaire retrouvent, aujourd’hui, les bancs de l’école à travers l’ensemble du territoire national, répartis sur plus de 19 000 établissements éducatifs, dans des conditions sanitaires exceptionnelles, en raison de la propagation du nouveau coronavirus.

En prévision de cette rentrée scolaire, qui a été reportée à ce jour pour le cycle primaire en raison de la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus, et après un arrêt des cours qui aura duré plus de 6 mois, le ministère de l’Education nationale avait dévoilé, dimanche dernier, les plans exceptionnels de reprise des cours dans les écoles primaires, «en présentiel» dans la mesure du possible, tout en tenant compte de «la nécessaire» préservation de la santé des élèves et des personnels. Lors de sa réunion avec les directeurs de l’éducation, et ceux des établissements éducatifs publics et privés, le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, avait appelé «au strict respect» du protocole sanitaire adopté par le comité scientifique du ministère de la Santé et à l’application rigoureuse de l’ensemble des gestes barrières.

Le ministre avait souligné l’importance de veiller au nettoyage des établissements éducatifs et de les aménager de manière à appliquer les règles de distanciation physique et d’éviter le regroupement des élèves, de même que l’organisation des salles de cours, en assurant tous les moyens nécessaires pour l’application du protocole sanitaire et la relance du rôle de la cellule de veille. Ouadjaout a appelé, en outre, les conseillers de l’orientation et de guidance scolaire et professionnelle (COGS) à assurer la préparation psychologique des élèves, soulignant l’impératif de garantir un encadrement éducatif pour chaque matière et à tous les niveaux. Selon le plan exceptionnel, les écoles primaires, travaillant avec un système à vacation unique, devront opter pour la double vacation (matinée et après-midi), sans alternance en répartissant les élèves en groupes. Chaque groupe pédagogique devant être réparti en deux sous-groupes, avec maintien du même emploi du temps pour l’enseignant (arabe, français et tamazight). Il s’agit également, selon les plans dévoilés par le ministère, d’adopter le travail par alternance entre les deux groupes tous les deux jours pour une semaine de 5 jours. Il est également prévu une réduction proportionnelle du volume horaire pour chaque matière, tout en se focalisant sur les apprentissages fondamentaux. Soulignant que le volume horaire pour chaque groupe a été fixé à 14 heures, la plan exceptionnel relève l’impératif d’exploiter la journée libre pour les devoirs maison et l’apprentissage à distance. Pour les écoles primaires, travaillant en double vacation, le plan exceptionnel prévoit un système de travail (matinée et après-midi), en alternance pour tous les deux groupes. Il s’agit, selon le même plan, d’adopter l’alternance entre les deux groupes tous les deux jours pour une semaine de 6 jours, une alternance toutes les deux semaines, avec réduction proportionnelle du volume horaire pour chaque matière, tout en se focalisant sur les apprentissages fondamentaux pour chaque matière. Un volume horaire hebdomadaire de 12 heures de cours a été fixé au titre de ce plan. Toutes ces disposition prises, à l’échelle nationale, visent à garantir la sécurité du périmètre de tous les établissements éducatifs à travers des patrouilles de contrôle des alentours et accès menant aux écoles, notamment aux heures d’entrée et de sortie, et ce, pour sécuriser les élèves et assurer le respect des gestes barrières pour stopper la propagation du nouveau coronavirus.

Malia Sahli