Marche populaire: Les étudiants encore et toujours !

0
137
Alger: 29.10.2019 36 eme marche des étudiants

Les étudiants ont, une nouvelle fois, battu le pavé, ce mardi, pour protester contre la tenue de l’élection présidentielle avec les figures de l’ancien système.

A Alger, de nombreux citoyens sont venus renforcer leur marche qui s’est, par ailleurs, déroulée dans le calme. Vers 11h30 , le cortège qui s’est ébranlé de la place des Martyrs a atteint la place de l’Emir Abdelkader à Alger-centre. Les protestataires ont rejeté le projet de loi sur les hydrocarbures et scandé des slogans hostiles à l’élection présidentielle, en dénonçant, particulièrement, les candidats à ce scrutin qu’ils ont qualifié de «mascarade électorale». Le cortège a été encadré par un dispositif sécuritaire, et la marche s’est déroulée dans le calme. «Aucun incident pour le moment et aucune interpellation à signaler», a-t-on affirmé. D’autres marches pacifiques ont été organisées dans d’autres villes du pays, pour le 36e mardi consécutif, durant lesquelles étudiants et citoyens ont réitéré leur attachement au changement politique et au départ de tous ses symboles de l’ancien système. Dans la capitale, des citoyens sont sortis pour réclamer le départ de tous les symboles du système. Arborant l’emblème national, les manifestants ont, notamment, réitéré leur revendication relative au changement, estimant que «les conditions ne sont pas encore réunies» pour l’organisation de l’élection présidentielle prévue pour le 12 décembre prochain.  Le centre de la capitale a vibré au rythme des slogans tels que «le peuple veut une période de transition», «le peuple veut l’indépendance» et «non aux élections». Entonnant des chants patriotiques, les marcheurs ont appelé à la «préservation de la souveraineté et de l’unité nationales». Ils ont exprimé leur détermination à poursuivre les marches jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. Ils ont également appelé au respect de la volonté du peuple à travers l’application des articles 7 et 8 de la Constitution qui stipulent que «le peuple est source de tout pouvoir». Les manifestants n’ont pas oublié d’insister sur la poursuite de la lutte contre la corruption en réclamant l’éradication de ce fléau, en jugeant tous les corrompus et en récupérant les fonds détournés et les biens dilapidés. A la fin de la marche, les manifestants se sont donné rendez-vous pour le 37e vendredi qui coïncidera avec le 1er Novembre. Il est à signaler qu’aucun incident n’a été enregistré.

  M- H-T.