Maroc: Les affrontements se poursuivent dans le Rif

0
679

Au Maroc, le « Hirak » du Rif ne perd pas de son intensité. Plus de sept mois après sa naissance, ce mouvement contestataire, et malgré les tentatives du Makhzen de le noyer, continue de drainer quotidiennement les foules dans cette région berbère du Nord du royaume.

Vendredi, des heurts ont éclaté, entre des manifestants et les forces de l’ordre, dans la ville d’Imzouren, après la prière du vendredi. Une prière que les Rifains ont pré- féré accomplir dans des espaces publics en signe de boycott aux mosquées où des imams désignés par le makhzen officient, notamment après l’incident survenu vendredi 26 mai, qui a conduit à l’exacerbation des tensions et l’arrestation de Nasser Zefzafi, leader de la contestation, d’après des photos partagées sur les réseaux sociaux. Selon Telquel, les incidents d’Imzouren étaient émaillés par des violences. Des jeunes Rifains, qui tentaient d’accéder à la place Massira, ont jeté des pierres sur les policiers qui ont riposté, par des jets de bouteille de verre et de pierres. Les policiers antiémeutes ont utilisé aussi des canons à eau et des véhicules pour disperser les manifestants, d’après le même média. Les heurts d’Imzouren interviennent alors qu’une grève générale de trois jours est observée dans toute la province, à l’appel de Nabil Ahmajik, N°2 du «Hirak» à Al Hoceïma, selon le Desk. Cette grève a été largement suivie jeudi 1er juin, affirme France24. R.I.