Mise au point d’un protocole pratique des inspecteurs : Benghebrit annonce une conférence nationale en avril prochain à Biskra

0
164

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a annoncé, hier à Alger, la tenue à Biskra d’une conférence nationale sur le traitement pédagogique afin de «mettre au point un protocole pratique des inspecteurs» sur l’accompagnement et la formation des enseignants.

«Une conférence nationale sur le traitement pédagogique sera organisée dans la wilaya de Biskra pour mettre au point un protocole pratique des inspecteurs sur l’accompagnement et la formation des enseignants et ce, sur la base de la mission de l’inspecteur tel qu’énoncée dans la règlementation», a indiqué Benghebrit devant les Conseils du corps d’inspection. Elle a précisé que la mission de l’inspecteur englobait, outre, le contrôle et la titularisation, la formation des enseignants, soulignant la décision d’entamer une «consultation nationale sur l’évaluation pédagogique à partir de février prochain».  L’opération débutera au sein de l’établissement pour s’étendre au niveau wilayal puis au niveau régional et enfin, national et sera couronnée par la tenue d’une conférence nationale prévue avril prochain, a-t-elle encore dit. La conférence sera marquée par la prise d’une série de mesures pragmatiques concernant le système d’évaluation pédagogique à compter de la prochaine rentrée scolaire 2017/2018 et qui permettront à l’enseignant de contribuer à l’enrichissement du débat sur la question. D’autre part,  Benghebrit a estimé que l’évaluation pédagogique à l’heure actuelle était purement «quantitative» car reposant sur la notation qui met en valeur la seule capacité de mémorisation alors que l’évaluation devrait inclure les capacités de l’élève en termes de réflexion intellectuelle, analytique et déductive et d’expression orale pour dévoiler son véritable potentiel.  Elle a rappelé à ce propos, que les efforts consentis en matière d’amélioration du volet pédagogique dont l’actualisation du contenu d’enseignement et son adaptation aux dispositions de la loi d’orientation et la stratégie nationale sur le traitement pédagogique «ne donneront pas les résultats escomptés si ils ne venaient pas à être assortis d’un système d’évaluation efficace qui tient compte de toutes les capacités de l’élève». Après avoir fait remarquer que la réunion de ce jour était la deuxième avec les conseils du corps d’inspection après celle tenue en février 2016, elle a affirmé que le ministère visait, à travers la mise en place du corps d’inspection, la relance des canaux de communication entre les personnels de ce corps, toutes spécialités et paliers confondus, au regard des constats établis en matière d’«éparpillement des efforts et d’absence de feuille de route afin d’accompagner la réforme pour ce qui est des inspecteurs». Elle a salué en outre, le rôle de ce corps pour la garantie de la réussite de l’élève et l’encadrement des différentes opérations pédagogiques, rappelant la «mission difficile qui leur incombe et les défis qu’ils rencontrent», notamment en ce qui a trait à l’exécution de la réforme du système éducatif. L’année scolaire 2016/2017 aura été une «année pédagogique par excellence» en raison du nombre de dossiers ouverts, a poursuivi le ministre de l’Education nationale. Il s’agit en l’occurrence de l’introduction de nouveaux programmes et manuels pour le premier niveau d’enseignement des cycles primaire et moyen, a-t-elle indiqué relevant que l’actualisation et l’adaptation des méthodes et livres scolaires aux dispositions de la loi d’orientation sur l’éducation scolaire se poursuivront pour englober de manière progressive tous les niveaux d’enseignement. Elle a ajouté enfin, que la mise en place des nouvelles méthodes a été accompagnée par la formation des enseignants et le renouvellement de leurs connaissances, annonçant que «des références en matière de formation sont en cours de réalisation», toutes catégories de personnels confondus. L’encouragement de la lecture a lui aussi, été au centre du débat à travers le lancement de plusieurs projets dont la «lecture plaisante» qui a démarré à Laghouat comme wilaya modèle puis élargie à 12 autres wilayas après le succès réalisé outre, la participation de l’Algérie au défi de la lecture  organisé aux Emirats arabes unies où l’enfant Mohamed Djeloud a remporté le premier place.