Mondial 2018 : Leekens : «J’aime relever le défi surtout que j’ai une dette envers le peuple algérien»

0
229
Photo : L’Echo d’Algérie ©

Georges Leekens s’est dit, hier à Alger, confiant en les capacités des Verts à relever le défi face au Nigeria, le 12 novembre à Uyo, grâce notamment à leur «esprit de gagneurs», en dépit de la difficulté de la mission qui les attend dans cette rencontre comptant pour la deuxième journée des éliminatoires  du Mondial-2018.

«Je suis convaincu qu’on a une bonne équipe avec des joueurs fantastiques  qui, de surcroît, aiment jouer pour leur pays et cela va les booster davantage pour aller défier le Nigeria sur son territoire avec un esprit de gagneurs», a déclaré Leekens en conférence de presse au Centre des médias du complexe  Mohamed-Boudiaf.  La sélection nationale a concédé un nul à domicile contre le Cameroun (1-1) le 9 octobre dans le cadre de la première journée des qualifications, alors que le Nigeria s’était imposé en déplacement contre la Zambie (2-1), prenant ainsi d’emblée les commandes du groupe B. Cette situation n’a pourtant pas effrayé Leekens qui a accepté de succéder au Serbe Milovan Rajevac, parti au surlendemain du match face aux  Lions Indomptables. Le technicien belge s’est engagé vendredi dernier avec la Fédération algérienne de football, soit avant deux semaines seulement du rendez-vous d’Uyo. «Si je n’avais pas confiance en cette équipe, j’aurais peut-être demandé de prendre les rênes techniques de l’équipe algérienne après le déplacement du Nigeria, mais j’ai répondu présent, car j’aime relever le défi surtout que j’ai une dette envers le peuple algérien», a-t-il ajouté. Leekens faisait allusion à son premier passage en équipe algérienne en 2003, quand il n’était resté que l’espace de six mois avant de plier bagage, un passage sur lequel il est revenu pour expliquer avoir été contraint d’écourter son séjour algérien à cause «d’un problème familial».  Pour revenir au match du Nigeria, l’ancien sélectionneur de la Tunisie et de la Belgique a pratiquement tout analysé au sujet des Super Eagles, qu’il trouve d’ailleurs «très difficiles à manier».  «Il n’y a qu’à voir la liste des joueurs convoqués pour le match face à nous pour constater que le Nigeria va jouer son va-tout dans ce rendez-vous, une équipe composée exclusivement de joueurs évoluant en Europe», a-t-il fait remarquer.

Leekens s’attend d’ailleurs à un «rude combat face à des joueurs très athlétiques», mettant d’ores et déjà en garde contre le secteur offensif des Nigérians, «leur point fort» que le nouveau-ancien sélectionneur national «redoute énormément».

Les moments forts de la conférence :

 

«Je ne suis pas revenu en Algérie pour faire du tourisme»

Le nouveau sélectionneur national, George Leekens a déclaré qu’il n’est pas venu en Algérie comme touriste : «Je ne suis pas venu en Algérie pour faire du tourisme. L’équipe d’Algérie est une grande équipe et je suis fier d’effectuer mon retour à la tête de la barre technique des Verts.»

«On va tout faire pour aller en Russie, mais…»

Le premier responsable de la barre technique de l’EN, George Leekens a évoqué le prochain match des Verts face au Nigeria : «J’arrive un peu en retard puisqu’il ne reste que quelques jours avant cette importante rencontre, mais je suis un travailleur et je ferai tout pour aider l’EN à aller chercher un bon résultat au Nigéria.» dira Leekens et d’ajouter : «On va tout faire pour aller en Russie mais je ne suis pas un magicien, je vous demande d’être derrière nous.»

« Il faudra travailler pour atteindre nos objectifs…

Evoquant la qualité de son effectif, le sélectionneur national, George Leekens a déclaré que l’EN ne dispose pas de « Lionel Messi » mais de bons joueurs : «On n’a pas de Messi, mais de bons joueurs. Toutefois, il faudra travailler pour atteindre nos objectifs. Il faudra aussi un bon état d’esprit au sein du groupe pour réussir.»

«Pour moi, il n’y a pas de pros ou de locaux en sélection, il y’a des joueurs algériens»

L’entraîneur de l’EN, George Leekens a refusé de parler de joueurs pros ou bien de joueurs locaux, ajoutant que tous ces joueurs sont des algériens et portent le maillot de l’équipe nationale : «Pour moi, il n’y a pas de pros ou de locaux en sélections, il y’a des joueurs algériens qui jouent pour le drapeau.»

B.N.