Monnaie: La valeur du dinar en continuelle baisse

0
38

En l’espace de quatre années, la valeur du dinar n’a cessé de fluctuer sous l’effet de l’offre et la demande. Dans sa dernière déclaration, le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi a évoqué les prochaines mesures applicables, dès l’année en cours, pour endiguer la hausse de la facture d’importation.

Dans un entretien accordé, ce dimanche, à la presse, le ministre s’est montré explicite au propos de plusieurs points importants, à savoir la suspension des importations et le système des subventions. Il a tenu à donner plus amples explications à ce sujet pour éviter une mauvaise interprétation, mais aussi à soulever la présence d’autres phénomènes à endiguer. Et d’entre eux le ministre relève qu’avec le taux de change tel qu’il est pratiqué actuellement, «l’Etat est en train de subventionner les importations dans le sens où les importateurs obtiennent, auprès des banques, des devises contre dinars à un prix qui n’est pas réel, c’est- à-dire ne reflétant pas la réelle parité entre le dinar et la devise». Précédemment le ministre avait tenu des propos quelques peu identiques. Il avait déclaré que lors de son intervention sur les ondes de la Radio Chaîne III, que le «dinar est probablement surcoté sur la place officielle et son véritable niveau est probablement plus proche de celui du marché parallè- le». La différence en valeur sur les taux de change, n’est en effet, pas avantageuse pour les transactions de l’export. Ces propos nous poussent à nous interroger sur l’avenir de la valeur du dinar. Lundi, l’euro a gagné 0,30% et a donc été cédé «141,15 dinars dans les cotations officielles de la Banque d’Algérie», contre une hausse de 0,23% du dollar, cédé quant à lui, pour «113,47 dinars». Notons aussi que la dépréciation a entraîné une hausse des prix à l’importation et à la consommation. Le pouvoir d’achat des ménages s’est vu quant à lui mis à rude épreuve. Depuis juin 2014, la valeur du dinar n’a cessé de se déprécier face à l’euro particulièrement, qui font face à une forte demande. La banque centrale a décidé de maintenir la valeur du dinar au-dessus du prix d’équilibre de son modèle de calcul», en mesurant le taux de compétitivité. Il y a un an, la valeur du dollar a été fixée «à 105,81 DA à l’achat et à 112,27 DA à la vente» alors que la valeur de l’euro est était de «114,96 DA à l’achat et de 122,03 DA à la vente». Contrairement aux attentes, fin décembre l’euro a enregistré «une forte baisse» sur le marché noir passant de «207 dinars l’unité à 198 dinars». Sur le marché interbancaire, l’euro avait enregistré durant cette même période une une faible hausse pour s’établir à 137,24 dinars, selon les indicateurs monétaires.