Monoxyde de carbone: Quinze personnes sauvées d’une mort certaine à Constantine et à Médéa

0
1197
Protection civile Photo conception L'Echo d'Algérie@

Huit personnes dont 4 filles ont été secourues et sauvées d’une mort certaine, durant les dernières 48 heures dans la wilaya de Constantine, après avoir inhalé du monoxyde de carbone provenant d’appareils défectueux fonctionnant au gaz naturel, ont indiqué, ce dimanche, les services de la Protection civile.

Quatre personnes d’une même famille résidant à l’unité de voisinage UV 4 de la nouvelle ville Ali-Mendjeli (El Khroub), en l’occurrence le père (36 ans), la mère (30 ans) et deux filles de 3 ans ont été intoxiquées dans la nuit de samedi à dimanche par les gaz brûlés dégagés par un chauffage, a précisé un cadre de la cellule de l’information et de la communication au sein de ce corps constitué. Les victimes qui souffraient d’une détresse respiratoire ont été évacuées par les éléments de la Protection civile vers l’hôpital, Dr AbdelkaderBencharif d’Ali-Mendjeli, selon le même responsable.

Une autre famille de 4 personnes, résidant à la cité Hericha Amar dans la commune d’Aïn Smara a également été sauvée pendant la nuit de vendredi à samedi, après avoir inhalé du monoxyde de carbone dégagé d’un chauffe-bain défectueux, ajoute la même source. Il s’agit d’un couple et deux de leurs enfants, pris de soudains vomissements et qui ont été secourus sur place par les médecins de la Protection civile avant d’être acheminés vers le dispensaire de la même localité, où ils ont été pris en charge, a conclu la même source.

Le nombre de cas d’asphyxie le plus élevé a été enregistré, samedi soir, au niveau du quartier Bab Lakouas, sortie ouest de la ville de Médéa, ou 6 personnes, des femmes et des filles, âgées entre 4 et 38 ans, ont été exposées au monoxyde de carbone, provenant d’un chauffe-eau défectueux, a indiqué la même source. L’intervention rapide des secours a permis de réanimer ces personnes et leur prodiguer sur place les soins nécessaires, avant d’être évacuées vers l’hôpital Mohamed Boudiaf de Médéa. La même source a fait état, en outre, d’un septième cas d’asphyxie, signalé, vendredi, dans le quartier d’Aïn Dheb, périphérie Est de Médéa, et concernerait également une femme, incommodée par des émanations de monoxyde de carbone, qui s’était échappée du même type d’appareil domestique.