Monuments: Plaidoyer pour la protection du site préhistorique de Oued Rayah à Mostaganem

0
583

 

 

Des chercheurs et archéologues ont plaidé à Mostaganem, pour la protection du site préhistorique d’Oued Rayah situé dans la commune de Sidi Ali (est de Mostaganem) contre le rejet anarchique des déchets inertes.

Le chef d’une équipe de fouilles au niveau du site, Abdelkader Derradji de l’université d’Alger, a indiqué, au terme de l’opération de fouilles effectuée du 13 au 25 juin courant, qu’un enfouissement est causé par le rejet anarchique des déchets inertes affectant ce site archéologique, le plus important du littoral algérien. M. Derradji a fait savoir que cette dernière opération a été menée sur une propriété d’un citoyen, riveraine du site qui remonte à la période  préhistorique (entre 800.000 et 1.000.000 d’années avant JC) alors que le restant de l’oued connait des actions répétées de rejet d’ordures comme le plastique, le caoutchouc, les détritus et autres déchets inertes. Le chercheur en patrimoine et président de l’association du club intellectuel de Mostaganem, Noureddine Ould El Bey a déclaré pour sa part : « Nous sommes inquiets pour ce site menacé par l’extinction à cause du rejet des déchets solides posés à l’entrée du site ». Ces déchets ne menacent pas seulement le site mais altèrent aussi le paysage et détruisent l’écosystème de l’oued, a-t-il souligné, qualifiant cela de « crime culturel et environnemental » à l’encontre de cet héritage humain et appelant les autorités locales à intervenir en urgence pour le  sauver. Le site Rayah a été classé parmi les biens culturels de la wilaya de Mostaganem en vue sa protection et sa sauvegarde en vertu des articles 28 et 29 de la loi 0498 portant protection du patrimoine culturel. Ce site est situé dans une zone agricole ouverte distante de 2 kilomètres à l’ouest de Sidi Ali entre deux rives de l’oued Boukraa de 800 mètres de long. Ce site est composé d’accumulations de sable rouge et de dépôts d’argile datant de la période de Myosin (entre 23 et 5 millions d’années). Il été découvert au début des fouilles de l’Université d’Alger il y a 18 ans, où un grand nombre d’outils utilisés par l’homme préhistorique, de même que des éclats d’obus ont été déterrés, a-t-on rappelé.