M’sila :  El gasba instrument musical phare des fêtes de la région  du Hodna

0
238
Flûtistes de l'est algérien La gasba appartient à la famille des flûtes de roseau. C'est un instrument d'Afrique du nord, et plus particulièrement de l'Algérie. Le bendir est un instrument à percussion d'accompagnement. Ben Salah est situé à l'extrême nord-est de l'Algérie

 

 El Gasba (flûte) est de tous les instruments  musicaux traditionnels celui qui occupe les devants des spectacles  « communautaires » dans la région du Hodna (wilaya de M’sila et alentours)  chaque été à l’occasion des fêtes de mariage reléguant au second plan synthé, guitare électronique et autres instruments modernes.

Instrument à vent en roseau, plante poussant le long des berges des oueds  d’Algérie et du Maghreb, El Gasba semble avoir été toujours utilisée par les habitants du Maghreb, notamment les populations bédouines nomades qui en font usage lorsqu’ils mènent paître leurs troupeaux et pendant leurs  fêtes. Pour Abderrachid Merniz, directeur de CEM et chanteur du genre bédouin « Ayey », « même si les roseaux poussent un peu partout dans le Hodna, peu d’artisans savent en faire des flûtes », ajoutant qu’en règle générale ces  artisans sont eux-mêmes des flûtistes confirmés. « Lorsque l’artisan ne sait pas en jouer, il est obligé de faire appel au service d’un flûtiste pour tester son instrument », souligne-t-il. Ces artisans choisissent soigneusement le tube de roseau idéal « qui doit  être femelle et de large diamètre », explique Merniz tout en relevant qu’El Gasba compte de six à huit trous de jeu et est plus longue que le Ney (instrument à vent) et est tenue différemment par le joueur. Une relation d’intimité singulière lie El Gasba au berger qui trouve, dans  cet instrument, un moyen de briser la monotonie de sa longue solitude sur les vastes et infinies steppes n’ayant toutefois pour auditeurs que ses bêtes. Chaque berger fait son apprentissage du jeu sur la flûte auprès d’un autre berger plus ancien en s’initiant d’abord aux chansonnettes légères qui ne  nécessitent pas l’usage de la totalité des trous de jeu avant de passer aux morceaux plus savants. De ce fait, les plus virtuoses flûtistes du Hodna ont toujours été, ou sont encore des bergers, les deux activités étant très compatibles. Pasteurs durant le jour, ces flûtistes deviennent artistes la nuit. 

Jouer de la flûte, souffle puissant et gestion continue de la  respiration

 Dans les milieux artistiques, les instrumentistes savent communément que  celui qui joue de la Gasba, flûte assez longue, se retrouve contraint à plier constamment son cou vers la droite pour souffler. Avec les années, le flûtiste finit par conserver inconsciemment cette  position penchée du cou, même lorsqu’il marche ou parle comme si les muscles de son cou s’étaient « sclérosés ». Outre des doigts assez longs, le flûtiste doit avoir un souffle long, puissant et gérer au mieux le travail alternatif de sa respiration pour  pouvoir jouer, maintenant ainsi la posture inclinée du cou tout le temps que dure le spectacle sans montrer des signes de fatigue. Gaieté des fêtes et des rencontres joyeuses communautaires, El Gasba s’accompagne presque toujours du Bendir (instrument traditionnel à  percussion) qui donne la mesure et sert aussi à renvoyer l’écho des sons de la Gasba lorsque le flûtiste en place l’extrémité au milieu du Bendir dont les tapes de percussions produisent des effets acoustiques mélodieux. Plusieurs maximes populaires dans le Hodna, toujours en vogue, révèlent la  place qu’occupent cet instrument et son joueur dans l’imaginaire collectif. Ainsi, pour signifier que la chose va de soi l’on dit « N’fou kharedj kahredj » (L’air s’écoule certainement vers l’extérieur). Pour indiquer qu’une personne manque de rectitude morale, d’aucuns utilisent cet adage : « Maawaj ki ragbat el-gassab » (Il est fléchi comme le  cou du flûtiste) et, enfin, pour souligner que l’effort est fait sans peine le dicton populaire renvoie à « Sir ya gassabi sir » (Va, ô mon flûtiste, va).

Benadel M