Musique Flamenco:  Le guitariste espagnol Alberto Lopez et son orchestre animent un concert à Alger

0
85

 

 

Un spectacle de musique flamenco, a été animé mardi soir à Alger par le guitariste espagnol,  Alberto López et son orchestre dans une ambiance festive, devant un public nombreux.

Présenté à la salle Ibn-Zeydoun de l’Office Riadh El Feth (Oref) en partenariat avec l’Institut Cervantès d’Alger, le spectacle, intitulé « Detrás de la Verdad » (derrière la vérité), a permis au public présent de découvrir, 70 mn durant, l’univers multicolore du soliste-virtuose à travers une dizaine de ses compositions qui ont réuni, chant, danse et musique gitane. Soutenu par, Adrián Trujillo à la percussion, Reyes Martin au chant, Oscar de los Reyes danseur et Blas Martinez à la guitare, Alberto López a fait montre d’une parfaite maitrise de son instrument, piquant les cordes de sa guitare dans des solos en arpèges aux accords dissonants et inversés et des envolées phrastiques empreintes de technique et de dextérité. Entre autres pièces, aux mesures ternaires irrégulières et aux arrangements exigeants, rendues dans une parfaite synchronisation par l’artiste et ses musiciens, « Balcon de los Buenos Granaina », « De la tierra Mora Zambra », « Bailame Tangos », « Soléa », « Tanguillos »,  » Buleria », « Taranta », Tientos », Seguirias »et « Alegria ». Dans des tours de chants époustouflants, la cantatrice Reyes Martin, à la voix présente a entonné des chants aux tonalités et intonations traditionnelles, renvoyant à l’univers des gitans et du flamenco, chef d’œuvre du patrimoine immatériel de l’humanité, classé depuis 2010 par l`Organisation des Nations Unies pour l`Education, la Science et la Culture (Unesco). Danseur professionnel incontesté, Oscar de los Reyes a, quant à lui, exécuté de belles chorégraphies, exprimées avec fermeté, par le claquement des pieds (zapateado) et des mains (palmas) et appuyées par les percussions de Adrián Trujillo, qui a exploité, dans leurs moindres espaces, les intervalles entre les temps de chaque mesure rythmique. Savourant tous les moments du spectacle dans la délectation, le public a longtemps applaudi les artistes, Alberto Lopez notamment, qui a exprimé son « Bonheur de se produire devant le public algérien ». Né à Baza (Grenade) en 1990, Alberto López a commencé ses études de guitare flamenca à l’âge de 11 ans, avant de s’investir dans une formation académique au sein du Conservatoire « José Salinas », où il a été lauréat du concours de guitare soliste trois ans plus tard. A Cordoue où il est parti ensuite, il obtiendra sa licence de guitare flamenca au Conservatoire supérieur de musique, « Rafael Orozco », ce qui l’amènera à se frotter aux maîtres du flamenco, à l’instar de, Miguel Angel Cortés, Gerardo Nuñez, Manolo Franco ou Niño Pura. A 18 ans il obtint ses premiers prix internationaux, qui lui vaudront de collaborer avec de artistes au professionnalisme confirmé, comme El Pele, Estrella Morente, Arcangel, Tomatito et Israel Galvan, entre autres. Alberto Lopez, ne ratera aucun des grands évènements célébrant le genre flamenco, à l’instar de la Biennale de Séville, la Noche Blanca del Flamenco, le Festival Flamenco de Fez, le Festival International de la Guitare de Belgrade (Serbie), le Lagoa Jazz Fest ou le Festival International de Guitare de Maldonado (Uruguay). Comptant à son actif les albums, « Siento » (2016) et « Detrás de la Verdad » (2018), le guitariste espagnole, déjà venu en Algérie en 2013 a enchanté le public du monde entier à différentes tournées qui l’ont mené entre autres en Jordanie, Serbie, Italie, Chine, Chile, Brésil, Uruguay ou au Japon. Organisé sous l’égide du ministère de la Culture, par les instituts Cervantès d’Alger et Oran, le spectacle « Detrás de la Verdad » d’Alberto López, présenté la veille (lundi) à Mostaganem, est attendu mercredi et jeudi à Annaba et Constantine respectivement