Musique: Le chanteur Mehdi Laifaoui présente son premier album à Alger

0
234

 

 

Organisé par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), le concert a été accueilli, une heure durant, par le public restreint de la  villa « Dar Abdelatif »

 

Le chanteur algérien Mehdi Laifaoui a présenté à Alger son premier album dans un concert plein, au contenu autochtone, qui met en valeur la musique du terroir, et à la forme moderne  empreinte de sonorités jazz et de World-Music. Organisé par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), le concert a été accueilli, une heure durant, par le public restreint de la  villa « Dar Abdelatif », fleuron de l’architecture ancienne d’Alger du XVIIIe siècle, située au quartier d’El Hamma à Alger et classée au patrimoine national. Dans une ambiance de grands soirs, onze titres ont été brillement rendus, tirés de « Trab Project » « Trab », signifiant en même temps, poussière de terre et Tarab), intitulé du nouvel opus de l’artiste, dans lequel les sonorités raï et gnawies sont intelligemment mêlées à des arrangements jazz et à des conceptions inscrites dans le registre de la musique du monde. Les formes populaires du raï bédouin et les chants des années 30 ainsi que les textes du poète syrien Nizar Kabbani, constituent l’essentiel du répertoire de l’artiste qui a choisi de l’enrichir avec des sonorités et des arrangements ouverts sur le Jazz et autres sons d’Europe de l’Est. Avec une voix présente et étoffée, Mehdi Laifaoui, très à l’aise devant le microphone avec un charisme imposant, a rendu entre autres pièces, « Passion », « Fatati », « Dzaier », « Tu m’as rendu fou », « Rayi », « Ness Ellil », « M’chit », « Saydati » et « Sar li sar ». Soutenu à la basse par Samy Guebouba, fils du célèbre comédien Ahmed Guebouba, dit « Hamdane »(1957- 2018), Hassen Khoualef à la batterie, Mohamed Layri à la percussion, Nazim Bakour à la guitare, et aux  claviers-synthétiseurs par Zineddine Djouadi, fils du grand poète et parolier, Slimane Djouadi, Mehdi Laifaoui s’est distingué par sa créativité, faisant valoir ses qualités confirmées d’auteur, de compositeur et d’interprète. Travaillée au quart de soupir, la musique de « Trab Project » est loin d’être un simple prétexte aux nombreuses cadences ternaires incitant au déhanchement, que recèle le patrimoine rythmique algérien ainsi bien mis en valeur, à travers une harmonisation composée et une orchestration synchronisée, réglée à la quadruple croche. Les instrumentistes ont eu du plaisir à jouer, faisant montre de toute l’étendue de leurs talents respectifs de musiciens virtuoses, exploitant ainsi, la moindre mesure, dans ses espaces les plus étroits, pour placer un marquage ou une syncope et s’échanger des sourires dénotant de la grande complicité régnante et du plaisir à jouer ensemble. Dans une bonne synergie, rendue possible grâce au savoir faire de Mehdi Laïfaoui, aux qualités de leader également, les spectateurs conviés à ce spectacle inédit, ont assisté à une prestation de haute facture qui aura permis aux rythmes binaires de la pop et du funk au groove régulier, de cohabiter avec les cadences du « Alaoui », « Raï » ou encore « Gnawi » du terroir algérien et maghrébin. Le public, savourant tous les moments du concert, a longtemps applaudi l’artiste et ses musiciens, rappelés à l’issue de la prestation pour reprendre « Dayha ou labess » de Cheikh Boutaïba Sghir. Auteur compositeur percussionniste et interprète, Mehdi Laifaoui, a évolué au sein de nombreuses formations, faisant ses débuts en tant que professionnel avec le groupe « Harmonica », avant de pénétrer le monde envoûtant de la musique Gnawa avec « Diwan dzair », sous la houlette du  regretté Maâlem Benaissa Bahaz (1965-2008). Enchaînant les collaborations et les projets avec plusieurs groupes et artistes dont, Nechwa, Yazmen, Café Crème, Reda Sika, Imukan project, Mehdi Laifaoui, oscillant entre sonorités maghrébines et africaines, a également plusieurs fois collaboré avec Karim Ziad en tant que chanteur- percussionniste, et plus récemment avec radio Babel et le Trio Saba. Programmé pour une représentation unique par l’Aarc, qui prévoit une animation tous les samedis de l’été 2019 à la villa Dar Abdelatif, Mehdi Laifaoui a émis le souhait de pouvoir « partir en tournée » avec son groupe pour la promotion de son nouvel opus.