Nigeria – Algérie (J-5) Le compte à rebours a commencé

0
755

Selection nationale, Nigeria algerie, coupe du monde
Moins d’un mois après la contre-performance face au Cameroun, les joueurs de la sélection algérienne retrouvent depuis  hier, leur quartier général à Sidi-Moussa pour préparer un périlleux déplacement au Nigeria, où ils défieront les Supers Eagles samedi prochain dans le cadre de la deuxième journée des éliminatoires du Mondial-2018. Ce sera également l’occasion pour le Belge George Leekens de faire ses premiers pas dans sa deuxième expérience aux commandes techniques des Fennecs. L’homme, qui a succédé au Serbe Milovan Rajevac, dont l’expérience algérienne n’a duré que trois mois, arrive dans un moment crucial que traverse le ‘’Club Algérie’’. En effet, après le nul concédé face aux Supers Eagles, un autre faux pas est désormais interdit pour les coéquipiers de Taider , pour ne pas hypothéquer déjà leurs chances dans la course à une troisième qualification de suite à la fête footballistique planétaire que va abriter dans moins de deux ans la Russie. Il est clair que les quatre jours de stage qu’il va passer avec la sélection nationale seront insuffisants pour Leekens afin de bien préparer ses nouveaux capés pour la bataille d’Uyo, mais l’intéressé, lui, est arrivé avec de grandes ambitions, et surtout prêt à relever le défi. Il a même confié, lors de sa conférence de presse de mardi dernier, que s’il avait peur, il aurait demandé à ce qu’il prenne les destinées des Verts après le déplacement du Nigeria. Mais comme il a confiance en ce groupe de joueurs, a-t-il dit, il n’a pas hésité à prendre le risque d’aller d’emblée au charbon. Il est clair, néanmoins, que l’apport du technicien de 67 ans, qui n’a perdu qu’une seule fois en neuf déplacements en Afrique sous les couleurs de l’Algérie et de la Tunisie, sera beaucoup plus d’ordre psychologique. Il essayera dès la réunion qu’il tiendra aujourd’hui avec ses capés au Centre technique de Sidi-Moussa de les booster et les gonfler à bloc pour aller s’imposer à Uyo.