Nouvelle loi  sanitaire / Nécessité de  s’adapter  aux références internationales 

0
119
Photo Fatah Guidoum@L'Echo d'Algérie

 Le ministre de la Santé, de la Population et de  la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a mis en avant, samedi à  Alger la nécessité d’adapter la formation dans les instituts et écoles du  secteur de la santé, aux dispositions de la nouvelle loi sanitaire et aux  références internationales.

« Compte tenu des défis actuels posés en matière de management et de  gestion hospitalière, l’Ecole est appelée à s’adapter aux dispositions de  la nouvelle loi sanitaire et aux références internationales à travers  l’accélération de la révision des programmes de formation spécialisée et  continue, notamment dans ces aspects relatifs à la gouvernance », a indiqué  le ministre, lors de la cérémonie de sortie de la 6ème promotion des  administrateurs principaux des services de la santé à l’Ecole nationale de  management et de l’administration de la santé d’El-Marsa (est d’Alger). M. Hasbellaoui a annoncé, à cette occasion, que les trois majors de  promotion parmi les 89 administrateurs diplômés bénéficieront d’une  formation en Chine, tandis que les quatre majors de promotion seront  recrutés directement au ministère. Par ailleurs, le ministre a mis l’accent sur « la nécessité de recourir à  des techniques de gestion visant à concrétiser la qualité et l’excellence  de la performance » dans le cadre de la normalisation, en vue de  rationaliser l’utilisation des ressources disponibles et la qualité des  prestations, outre la nécessité d’élargir le droit à la formation en  matière de gestion hospitalière à tous les intervenants dans la gestion des  établissements de la santé ». M. Hasbellaoui a qualifié l’Ecole nationale de management et de  l’administration de la santé, créée en 1989, de pôle d’excellence et de  moyen stratégique de formation qui constitue un espace d’échanges et de  développement des cadres de la santé dans les différents domaines de  gestion et de management des établissements de la santé ».  Il a appelé « les cadres du secteur à mettre le patient au cúur de leurs  préoccupations », estimant qu' »ils sont la locomotive qui conduira  l’application de l’opération de contractualisation dans le cadre du nouveau  mode de gestion et constitueront « l’axe principal » de toute mutation  future, à travers l’élaboration et la mise en úuvre du projet  d’établissement qui sera adopté à l’avenir comme une feuille de route « pour  conférer davantage d’efficacité et d’efficience aux prestations du service  public ».

Yasmine Derbal