ONS: Une croissance économique de 0,6% au 4e trimestre 2017

0
29

Le produit intérieur brut (PIB) global de l’Algérie a enregistré une croissance de 0,6% au 4e trimestre 2017 par rapport au même trimestre de l’année 2016, indique un bilan de l’Office national des statistiques (ONS).

La croissance du PIB réel a entamé sa croissance au 1er trimestre 2017. La hausse enregistrée durant cette période a été évaluée à 3,7% en raison de la hausse de plus de 7% de la production dans le secteur des hydrocarbures. La croissance du PIB global s’est rétractée au 2e trimestre 2017 pour atteindre les 1,5% par rapport au même trimestre de l’année 2016. Contrairement à cela, la croissance du PIB hors hydrocarbures avait marqué une évolution de 2,1% qui s’est maintenue jusqu’au 3e trimestre 2017. Pour ce qui est du 4e trimestre, la hausse en termes de volume a été tirée par certains secteurs d’activité. Le bilan de l’ONS indique que le taux de croissance du PIB hors hydrocarbures, a été de «3,1% au 4e trimestre de l’année 2017 par rapport à la même période de 2016». Selon l’ONS, ce taux de croissance a été essentiellement tiré par les secteurs d’activités du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique (BTPH) et du commerce.

Ainsi, le taux de croissance a été de «7% pour le secteur du BTPH et de 4,8% pour le commerce. En termes de valeurs courantes, le PIB augmenté de 6,8% au dernier trimestre 2017 par rapport à la même période de l’année 2016». Le déflateur du PIB (niveau général des prix) a connu une hausse de 6,2% au 4e trimestre 2017 par rapport à la même période de 2016, contre 3,9% au dernier trimestre de 2016 par rapport au même trimestre de 2015, note l’ONS. Dans son rapport publié en octobre dernier, la Banque mondiale (BM) avait indiqué que la croissance économique algérienne «est bien partie» en 2017 malgré la faiblesse des cours mondiaux du pétrole. Selon cette institution financiè- re internationale, la croissance économique «solide» enregistrée au début de l’année a été soutenue par «une forte croissance de la production d’hydrocarbures et des dépenses publiques supérieures aux prévisions».

Toutefois, la croissance devrait accuser un ralentissement au second semestre de 2017 et en 2018, selon la BM, qui cite les effets des mesures d’assainissement des finances comme principale cause. En conséquence, «la croissance du PIB devrait s’établir à 2,2% pour l’année 2017 et peinera à franchir la barre de 2% en 2018- 2019», selon les mêmes projections. Le FMI avait, quant à lui, indiqué dans son rapport publié durant la même période que la croissance en Algérie devait connaître un ralentissement 2017 en atteignant 1,7% avant de reculer davantage en 2018 pour atteindre les 0,8%. L’on s’attend à ce que la croissance se redresse à nouveau pour atteindre les 2,4% en 2022.