ONU: Pandémie et Climat: des plaidoyers pour plus de coopération internationale

0
453

Le Secrétaire Général de l’ONU et nombre de dirigeants, ont lancé mercredi, un appel pour revitaliser la coopération internationale et le multilatéralisme, face aux défis de la pandémie et la crise climatique, rapportent des médias.

« La crise que nous traversons actuellement peut, nous en sommes convaincus, être l’occasion de forger un nouveau consensus au service d’un ordre international fondé sur le multilatéralisme et l’état de droit grâce à une coopération efficace, à la solidarité et à la concertation » écrivent Emmanuel Macron, Angela Merkel, Ursula Von der Leyen, Charles Michel, Macky Sall et Antonio Guterres dans une tribune sur Project Syndicate. »Dans cet esprit, nous sommes déterminés à travailler ensemble avec les Nations Unies, les organisations régionales, les enceintes internationales comme le G7 et le G20 et des coalitions ad hoc pour relever les défis mondiaux d’aujourd’hui et de demain », poursuivent-ils.

Et de louer l’Organisation mondiale de la santé pour lutter contre la pandémie, l’Accord de Paris contre le réchauffement climatique, l’Organisation mondiale du commerce pour encadrer le redressement des économies frappées par la crise, autant d’instances et de cadres internationaux dont l’efficacité a été entravée ces dernières années. « Le multilatéralisme n’est pas juste une technique diplomatique parmi d’autres pour répondre à ces enjeux. Il façonne un ordre mondial, une manière bien particulière d’organiser les relations internationales, qui s’appuie sur la coopération, l’état de droit, l’action collective et des principes communs. Plutôt que d’opposer les civilisations et les valeurs les unes aux autres, nous devons bâtir un multilatéralisme plus solidaire », selon les signataires.

Inquiets aussi des ruptures numériques, de la pauvreté, de l’endettement, les dirigeants « invitent » « toutes les figures politiques, économiques, religieuses et intellectuelles à contribuer à cette conversation mondiale » pour définir le « monde d’après la Covid-19 ».