Oran: Cinq condamnations à 8 ans de prison pour trafic de drogue

0
173

 

Le tribunal criminel de première instance d’Oran  a prononcé hier cinq condamnations à huit années de prison ferme à  l’encontre de cinq individus, impliqués dans un réseau de trafic de stupéfiants activant à Sidi Bel-Abbès et dans une affaire de trafic de 44  kilos de kif traité.

Auparavant, la représentante du ministère public a requis une peine de 20 ans de réclusion contre les cinq prévenus, mettant en relief le flagrant  délit et les aveux faits par les accusés lors de l’enquête. Les faits de cette affaire remontent à octobre 2016, lorsque les services de la Gendarmerie nationale de la wilaya de Tlemcen ont reçu des  informations faisant état du transport d’une quantité de kif traité en provenance des frontières ouest à bord d’un véhicule aménagé. Les enquêteurs ont réussi à connaître la marque du véhicule, son matricule  et, surtout, le nom du conducteur. Ainsi, au niveau de la localité de Mansourah, non loin de la ville de Tlemcen, les gendarmes ont arrêté le véhicule en question qui était conduit par un certain J.H. La fouille minutieuse du véhicule a permis aux gendarmes de découvrir une  quantité de 44 kilos de kif traité dissimulés sous du matériel de plomberie. J.Hichem et B.B, son accompagnateur, tous deux plombiers résidant à Sidi Bel-Abbès ont été arrêtés et interrogés. J.H a avoué avoir été chargé de transporter la marchandise prohibée pour le compte d’un  commerçant, résidant à Sidi Bel-Abbès. Au total, ce sont cinq individus qui ont été impliqués dans cette affaire. Lors de l’instruction, les cinq individus ont été inculpés de détention, transport et mise en vente de stupéfiants en bande organisée. Lors du procès, J.H et B.F ont reconnu les faits, mais ont tenté de  décharger les trois autres complices. Ces derniers ont nié avoir quelconque relation avec cette affaire. Les avocats de B.F et J.H ont plaidé les circonstances atténuantes, alors que la défense des trois autres accusés a demandé l’acquittement pour « absence de preuves ». A l’issue des délibérations, le tribunal criminel a déclaré les accusés  coupables et les a condamnés à huit ans de prison ferme chacun.