Ouyahia l’a affirmé: Le plan d’action du gouvernement bientôt devant le parlement

0
968

Le plan d’action du gouvernement sera présenté dans une dizaine de jours devant les députés de l’APN pour débat. Mais avant cela, il doit être examiné et approuvé par le conseil des ministres qui se réunira ce mercredi sous la présidence du chef de l’Etat, selon le premier ministre Ahmed Ouyahia qui avait dressé un constat sans complaisance de la situation économique et financière du pays.

Le Premier ministre a mis le doigt sur la plaie et lancé des messages clairs à ce sujet, tout en plaidant pour l’impérative nécessité de conjuguer les efforts et travailler la main dans la main pour sortir de cette crise latente. Pour ce faire, le gouvernement et ses partenaires économiques et sociaux ont considéré que l’Algérie disposait de tous les atouts lui permettant d’envisager son avenir économique avec sérénité et ce, en dépit d’une conjoncture économique défavorable, aussi bien sur le plan interne  qu’externe. Agissant sous les orientations et les directives du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le gouvernement et ses partenaires semblent plus que jamais déterminés à amorcer une nouvelle dynamique de redressement de l’économie nationale, étant convaincus de la délicatesse du contexte actuel et de la nécessité de participer activement à cet effort national, qui consiste à sortir le pays de sa dépendance vis-à-vis des hydrocarbures.

Ceci d’autant que le chef de l’Etat venait d’exhorter le gouvernement et ses partenaires économiques et sociaux à s’imprégner « des valeurs de solidarité et d’unité que véhicule le combat libérateur du pays pour bâtir une économie forte et créatrice de richesses et d’emplois ».

Mettant en avant les tes tensions financières auxquelles fait face le pays, Ouyahia avait expliqué que la feuille de route qui lui a été tracée par le président de la République, vise à mobiliser des financements internes non conventionnels, maintenir le soutien à la croissance dans tous les secteurs, y compris l’industrie, les services et l’agriculture, préserver et rationaliser la politique publique de justice sociale et de solidarité nationale. Le gouvernement, dira-t-il, « ne ménagera aucun effort pour améliorer le cadre de l’investissement et cultiver des relations sereines avec les entreprises dans le cadre de la loi ».

Le Premier ministre avait tenu à assurer que toutes les entreprises établies en Algérie sont les leviers du développement du pays et qu’elles feront  l’objet de toute la considération du gouvernement « sans discrimination aucune ». Les signataires du Pacte économique et social de croissance ont rappelé dans ce sens que le dialogue social, porté et réitéré dans le dernier message du président de la République, les encourage et les incite à la solidarité,  à la mobilisation et à l’unification de leurs énergies pour la construction du développement du pays dans « la souveraineté, l’indépendance et dans le respect des valeurs millénaires du peuple algérien et dans le renforcement de l’Etat de droit ».

Ils ont considéré  que l’appel lancé par le président Bouteflika à l’adresse du gouvernement et de ses partenaires doit constituer, pour l’ensemble des acteurs, le socle d’un sursaut national pour le renouveau économique. Ainsi, le gouvernement, le patronat et l’UGTA, étant les trois acteurs majeurs et complémentaires du processus de développement socio-économique, sont tenus de faire montre d’un haut degré de coordination avec un esprit de consensus national sur les questions économiques et sociales, comme cela a été évoqué par le président de la République.

Le président Bouteflika présidera un conseil des ministres demain  

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika, présidera  ce mercredi 6 septembre une réunion du conseil des ministres. Ce conseil, le premier du gouvernement dirigé par Ahmed Ouyahia, interviendra quelques jours avant la présentation du plan d’action du gouvernement Ouyahia devant les députés.