Ouyahia vient de le réaffirmer encore une fois / Le président Bouteflika est soucieux de préserver le caractère social de l’Etat

0
747

 Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, vient de réaffirmer, une fois de plus, le souci  et la détermination du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de préserver le caractère social de l’Etat en vue de répondre aux attentes des citoyens et améliorer leur cadre de vie.

Lors d’une rencontre interne avec les cadres dirigeants et les députés de son parti, Ouyahia a déclaré que les décisions prises par le chef de l’Etat, notamment celles ayant trait à la suppression des taxes qui étaient proposées dans la loi de finances complémentaire 2018, répondent au souci du président de la République d’être toujours à l’écoute des populations dans  les différents coins du pays et d’œuvrer sans cesse à l’amélioration de leurs conditions de vie. Il s’agit, a-t-il expliqué, d’une politique tracée par le gouvernement et que l’Etat n’abandonnera jamais et ce, conformément aux directives du président de la République qui avait instruit le gouvernement de travailler avec diligence et détermination en vue de répondre aux attentes de la population, à faire progresser le processus de réforme et de modernisation du pays dans tous les domaines et faire avancer la construction d’une économie de plus en plus diversifiée. Le chef de l’Etat a également chargé le gouvernement d’accompagner ses efforts d’une communication dynamique, afin d’expliquer le véritable sens des réformes qui seront mises en route, à l’effet d’y faire adhérer la société, en cette phase où le pays est confronté à de nombreux défis. La priorité sera donc donnée aux volets contribuant à l’amélioration de la vie du citoyen, notamment les secteurs de l’éducation, de la santé, du logement et l’efficacité économique. Le gouvernement vise à accélérer la cadence de réalisation des projets notamment ceux de logement et la relance du développement local à travers l’augmentation de l’enveloppe financière consacrée aux programmes des communes, après avoir constaté que les villes embellissent au détriment des régions rurales qui s’appauvrissent de plus en plus. Dans le même contexte, le Premier ministre avait estimé qu’une mutation économique qualitative nécessitait le soutien au réseau des PME et un accompagnement à travers toutes les étapes de leur développement, car constituant la base de la diversification d’une économie génératrice de richesse et d’emplois. La première condition du lancement de projets consiste en la vitesse de leur rendement, en ce sens que les investissements rentables à long terme ne sont pas prioritaires, mais nous accorderons la priorité aux projets de création de PME génératrices de richesse, lesquelles offrent des solutions aux problèmes actuels tels la diversification de l’économie et la résorption du chômage. A cet égard, le plan d’action du gouvernement vise à atteindre la transition économique nationale qui sera centrée sur la réorganisation des politiques industrielles et sectorielles et la poursuite des efforts visant à trouver des alternatives à l’importation, à travers la promotion et la protection du produit national, des start up et des PME. Il prévoit également le soutien aux entreprises investissant dans les secteurs des mines, du pétrole, de l’agroalimentaire, de l’économie du savoir et des métiers numériques. Il est question aussi de préserver les mécanismes d’insertion professionnelle et sociale et de solidarité avec les catégories vulnérables, en sus de la réduction des dépenses inhérentes à la gestion des affaires de l’Etat, la réforme du système financier et banquier, la lutte contre la surfacturation et d’attirer la masse financière du marché parallèle à travers l’instauration d’un climat de confiance pour l’investir dans la croissance économique et sociale. Partant de cette dynamique, Ouyahia, avait expliqué que la feuille de route qui lui a été tracée par le président de la République vise à mobiliser des financements internes non conventionnels, maintenir le soutien à la croissance dans tous les secteurs, y compris l’industrie, les services et l’agriculture, préserver et rationaliser la politique publique de justice sociale et de solidarité nationale. Le gouvernement, dira-t-il, ne ménagera aucun effort pour améliorer le cadre de l’investissement et cultiver des relations sereines avec les entreprises dans le cadre de la loi.En outre, il a assuré que la politique sociale de l’Etat sera maintenue par le gouvernement et toutes les entreprises établies en Algérie bénéficieront de facilitations et de soutiens sans aucune discrimination et que l’Algérie a une politique sociale constante fondée sur la justice sociale et la solidarité nationale. M. Ouyahia avait souligné que les attentes quant au rôle économique de l’Etat sont en voie de concrétisation à travers la promotion de la décentralisation prévue dans les orientations qui ont été émises par le président de la République. A ce propos, le gouvernement veillera également à la résorption du déficit en logements et à l’amélioration du cadre de vie de la population. Un accent particulier est accordé à la promotion de l’emploi, à la jeunesse et à la culture. La justice sociale et la solidarité nationale demeureront au centre de l’action du gouvernement. A ce propos, le premier ministre avait relevé, dans l’une de ses déclaration précédentes, que la politique éclairée tracée par le chef de l’Etat avait permis de trouver une sortie à l’impasse financière qu’a connu le pays et partant, poursuivre le processus de développement et préserver la politique sociale.

T.Benslimane