Palestine:  Exploitation   des terres Palestinienne  et destruction de l’environnement  par Israël 

0
121

 

 

Selon une récente étude le fait qu’Israël, qui se targue de « faire fleurir le désert », est responsable d’un désastre environnemental majeur en terre palestinienne  ,une réalité qui ne surprend personne Comme il s’agit d’un projet de colonisation de peuplement, la (sur)exploitation des terres occuppées des au détriment de l’environnement et de la population locale. 

En effet, toutes les terres spolées et occupées ont souffert de la dégradation de l’environnement d’une manière ou d’une autre, et ses effets néfastes ont été appliqués aux terres, villages et villes des Palestiniens. 

Les pratiques violentes de construction de colonies israéliennes ont non seulement déracinés, séparés les uns des autres et dépossédés des centaines de milliers de Palestiniens, mais ont également porté atteinte à l’environnement. Elles ont conduit à une consommation excessive d’eau, ce qui non seulement a considérablement réduit l’accès des Palestiniens à l’eau – amenant certains à parler d’un « apartheid de l’eau » – mais a également épuisé les ressources en eau. L’utilisation agressive de l’eau pour l’agriculture – une grande partie de celle-ci exploitée par des colons illégaux en Cisjordanie – a conduit à l’épuisement des systèmes aquifères et à une forte baisse des niveaux d’eau dans le Lac de Tibériade et le Jourdain. 

Israël pollue également les terres palestiniennes en les utilisant littéralement comme dépotoir. On estime qu’environ 80% des déchets générés par les colonies israéliennes sont déversés en Cisjordanie. Diverses industries israéliennes et l’armée sont également connues pour se débarrasser des déchets toxiques sur les terres palestiniennes. 

De plus, au cours des dernières années, Israël a systématiquement transféré des usines polluantes en Cisjordanie. Pour ce faire, il a construit des zones dites « industrielles » qui non seulement utilisent une main-d’œuvre palestinienne bon marché, mais déversent également leurs sous-produits toxiques dans l’environnement sans se soucier du bien-être des Palestiniens vivant à proximité. 

Israël poursuit également depuis dix ans sa pratique consistant à déraciner des oliveraies et des arbres fruitiers palestiniens. Cette stratégie, qui visait à rompre le lien qui unissait les Palestiniens à leurs terres, a non seulement entraîné une perte de moyens de subsistance pour des milliers de paysans palestiniens, mais a également provoqué l’érosion des sols et une désertification accélérée de certaines parties de la Palestine occupée. 

Toutes ces activités qui nuisent à l’environnement dans lequel vit le peuple palestinien s’accumulent au fil du temps. Aujourd’hui, elles mettent en danger des vies palestiniennes, mais demain, elles menaceront également des vies israéliennes. 

 

Si Israël continue à traiter la question comme un « problème de sécurité », celui-ci ne sera jamais résolu car il repose sur la logique destructrice d’une entreprise coloniale qui cherche à exploiter la terre et ses habitants sans se soucier de la nature et du bien-être humain. 

En d’autres termes, Israël ne pourra jamais atteindre la sécurité – environnementale ou autre – tant qu’il continuera à opprimer les Palestiniens, à occuper leurs terres et à ravager l’environnement. L’air, l’eau et l’environnement général en Israël ne seront jamais à l’abri des catastrophes provoquées par l’occupation de la Palestine.