Palestine: « Grève générale » lors de la conférence sur le plan de paix américain Les factions palestiniennes boycottent « l’atelier de Manama » initié par  Washington

0
102
Arab Israelis, some holding Palestinian flags, take part in a large demonstration as part of a general strike organised to support the Palestinians who call for a "day of rage" on October 13, 2015 in the northern Arab-Israeli town of Sakhnin. AFP PHOTO / JACK GUEZ

 

Les factions palestiniennes boycotteront  « l’atelier de Manama » initié par Washington sur les aspect économique du  futur plan de paix américain pour le Moyen Orient, assimilant celui-ci à « une contrepartie financière en échange de l’acceptation de l’occupation  israélienne ».

Des responsables palestiniens ont confirmé le consensus au sein des  factions palestiniennes sur le rejet de ce qui est appelé « l’accord du  siècle (Deal of the Century) » et le boycott de l' »atelier de Manama » initiés par les Etats-Unis sur la Palestine, insistant sur l’unification  des rangs pour faire face aux tentatives américaines et de l’occupation israélienne de « liquider la cause palestinienne ».

« Nous en sommes au stade le plus grave auquel le pays arabe soit confronté  depuis des décennies, à savoir ce que l’on appelle l’accord du siècle », a déclaré un membre du Comité exécutif de l’Organisation de Libération de la  Palestine (OLP), membre du Comité central du Fatah et superviseur de la scène libanaise, Liban, Azzam al-Ahmad, à des journalistes, au terme de réunions séparées de délégations de l’OLP et de l’Alliance nationale  palestinienne, avec le président du Parlement libanais, Nabih Berri.

Al-Ahmad a ajouté que l’administration américaine s’était alliée à  l’extrême droite israélienne en vue de réaliser le rêve sioniste d’établir  le « Grand Israël », soulignant que « la direction palestinienne ne cessera pas d’affronter l’administration américaine sur toutes les arènes  internationales et avec la droite israélienne ».

Il a en outre salué la position du Liban de ne pas participer à l’atelier  de Manama. « Ce n’est pas un problème économique, c’est l’aspect le plus dangereux d’un accord d’un siècle », a-t-il déclaré. « Ils veulent extorquer  les Arabes avec des milliards de dollars pour liquider la cause palestinienne en réglant le problème des réfugiés. Ils pensent pouvoir soudoyer la Palestine, le Liban et la Jordanie pour régler les Palestiniens  et régler le problème des réfugiés, mais ce ne sera pas le cas », a-t-il ajouté.

Le responsable palestinien a encore indiqué qu’aujourd’hui marquait  l’anniversaire des 13 ans de la division palestinienne, notant que lors de  la réunion avec M. Berri, « il a été discuté de la fin de la division dans l’arène palestinienne », soulignant la nécessité de « faire dérailler  l’accord du siècle de ses racines ».

Pour sa part, le vice-président du mouvement Hamas, Saleh al-Arouri, a  indiqué que « la délégation a discuté avec M. Berri de la question de l’accord du siècle, conçue par l’administration américaine pour liquider la  question palestinienne à l’échelle des intérêts israéliens ». Al-Aarouri a souligné qu' »il existe une position palestinienne unifiée permettant à toutes ces factions de rejeter l’accord et le projet américain  de liquider la cause palestinienne », notant d’autre part « le refus de toutes les forces palestiniennes d’installer les Palestiniens au Liban et partout ailleurs comme un titre d’abandon de notre droit historique et  national de retourner dans notre patrie en Palestine ».

Le « Deal of the Century » est un plan de paix préparé par l’administration  du président américain Donald Trump. Il est censé inclure des mesures contraignant les Palestiniens à faire des concessions majeures à Israël  pour l’établissement d’un Etat palestinien avec El Qods-Est pour capitale et le droit de retour des réfugiés.

« Grève générale » lors de la conférence de Manama

La conférence « Atelier sur la prospérité pour la paix », se tiendra dans la  capitale bahreïnite, Manama les 25 et 26 juin, à la demande des Etats-Unis. Les Palestiniens se mobilisent pour rejeter cette Conférence économique.  Les Palestiniens ont lancé leurs diverses activités et contacts pour

rejeter la conférence avec tous ses apports et résultats. Le gouvernement et les dirigeants palestiniens seront invités à déclarer  une « grève globale » lors de la conférence et ils activeront « Twitter » pour marquer la campagne dans 10 langues internationales.

La direction palestinienne, les factions nationales, les personnalités  politiques et économiques et les institutions de la société civile sont tous convoqués pour boycotter la conférence.  

Les Palestiniens rejettent donc la conférence dans le cadre du « Deal of  the Century » promu par Jared Kouchner, le gendre du président américain Donald Trump, comme un geste de paix entre Palestiniens et Israéliens,  affirmant que les solutions économiques ne viendront pas aux dépens d’une solution politique et des droits qui exigent la fin de l’occupation et la  souveraineté du peuple.

Wael Abu Yusuf, membre du Comité exécutif de l’OLP, a déclaré qu’ils  avaient réussi à « internationaliser » le rejet palestinien de la conférence  et à publier ainsi des déclarations arabes et internationales le dénonçant.

Selon lui, Al-Jazeera Net a déclaré que ses choix – outre le mouvement de  masse – consistaient à rejeter tout « l’atelier » et donc l’accord du siècle,  et à affirmer le consensus palestinien sur les droits de retour, les réfugiés et l’autodétermination.

La campagne suivra la mise en úuvre des décisions des Conseils nationaux  et centraux de l’OLP visant à éliminer les accords signés avec l’occupation, de la sécurité, économiques et politiques, y compris le  « retrait de la reconnaissance » d’Israël, et à souligner l’activation du mouvement de boycott international (BDS) avec l’occupation.

Rejet  unanime du prétendu « accord du siècle »

Il existe une position palestinienne unifiée qui rejette le prétendu « accord du siècle » et le projet américain de liquider la cause palestinienne en faveur de l’entité sioniste », a déclaré Saleh Aarouri, chef adjoint du Bureau politique du Mouvement de résistance islamique (Hamas).

Cette déclaration a été tenue lors d’une conférence de presse après la rencontre du dirigeant au Hamas avec le président du Parlement libanais, Nabih Berri, samedi à Beyrouth, selon Quds Press.

« Nous sommes pleinement convaincus que le rassemblement palestinien unifié autour du rejet du prétendu accord du siècle l’échouera, quelles que soient les tentatives, les pressions et les tentations à l’imposer », a-t-il ajouté.

« Nous avons également discuté de la présence palestinienne au Liban et de leur droit de mener une vie décente, à l’instar de leurs frères libanais », a déclaré Al-Arouri. Cela n’est en aucun cas contraire au droit national de retourner en Palestine », a-t-il réitéré.

« Nous sommes convenus de rejeter la réinstallation des Palestiniens au Liban, en tant qu’une renonciation à nos droits historiques et nationaux sur notre pays, la Palestine », a-t-il poursuivi.

« Les Palestiniens se sont engagés à être le symbole de la poursuite de leur lutte et de leur cause nationale, et non de tout conflit interne ou de toute utilisation sur la scène libanaise », a-t-il assuré.

Il convient de noter que le Liban a annoncé, dans les propos du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, qu’il ne participerait pas à la conférence de Bahreïn.

Il est prévu d’organiser un atelier économique à Manama, la capitale du Bahreïn, les 25 et 26 juin, dans le cadre duquel les États-Unis d’Amérique seraient convoqués. Il serait en train de s’organiser pour débattre des aspects économiques du prétendu « accord du siècle », selon les médias américains.

L’atelier a été officiellement rejeté par les factions nationales et islamiques palestiniennes et par l’Autorité palestinienne (AP), où l’AP a dit que l’accord est basé sur l’obligation faite aux Palestiniens de faire de grandes concessions à l’ennemi occupant « Israël ».

Un haut responsable de la Maison Blanche a déclaré mardi que l’Egypte, la Jordanie et le Maroc leur avaient informés qu’ils participeraient à « l’Atelier prospère sur la paix  » qui se tiendra dans la capitale bahreïnienne, Manama, à la fin du mois. Tandis que les trois pays arabes n’ont pas encore annoncé aucune déclaration officielle à cet égard.

 

                                                                                                   Ahsene Saaid /CPI