Pandémie du virus «Covid-19»: Le Président Abdelmadjid Tebboune fustige les détracteurs et rassure sur les capacités de l’Algérie

0
461

Face à une situation qui ne cesse de se compliquer chaque jour davantage, le président de la République, a tenu à rassurer quant aux capacités de l’Algérie à faire face à la propagation de la pandémie du coronavirus.

Tout en fustigeant les détracteurs qui tentent vainement de discréditer l’Algérie et ses institutions quant à leurs capacités à faire face à cette pandémie, le chef de l’État a affirmé que notre pays avait suffisamment de capacités non encore utilisées face au virus «Covid-19», tant sur le plan matériel et financier qu’organisationnel. Lors d’une entrevue avec des représentant de médias nationaux diffusée par la Télévision publique, le Président Tebboune a assuré que «notre pays est totalement prêt à faire face à la pandémie», soulignant que le respect des mesures préventives permettra de traverser «calmement» cette crise. Rappelant que l’Algérie avait été parmi les premiers pays à prendre des mesures face à la propagation de cette pandémie et ce, avant même les pays européens», il a cité à ce propos «la fermeture des écoles, des lycées, des universités voire même les stades» en tant que mesure préventive. À ce propos, le président de la République, a annoncé la prolongation de la fermeture des écoles, des universités et des centres de formation professionnelle et ce, dans le cadre des mesures de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus. S’agissant des décisions prises, Abdelmadjid Tebboune a déclaré que «dès l’enregistrement du 1er cas de coronavirus, introduit par un ressortissant étranger, nous avons été les premiers à effectuer des contrôles aux niveaux des aéroports et des ports et à rapatrier nos ressortissants, notamment de Wuhan (Chine), et à les placer en quarantaine». À ceux qui prétendent que l’Algérie a tardé à prendre des mesures préventives contre l’épidémie, le président de la République, a estimé que ces allégations procèdent d’une «virulente attaque» contre l’Algérie, évoquant «des parties qui ne digèrent toujours pas la stabilité dont jouit notre pays». L’Algérie, a-t-il déclaré, «n’a rien à cacher» concernant cette épidémie, ajoutant que «la situation est sous contrôle, car nous disposons des moyens permettant de faire face à la pandémie, même en phase 5, d’autant que les capacités de l’Armée nationale populaire (ANP) n’ont pas encore été utilisées». Concernant les moyens matériels et le manque d’équipements de protection, le Président Tebboune a expliqué que «le facteur surprise et l’urgence déclarée par l’État ont entraîné, dans certains cas, des perturbations dans la distribution en dépit de la disponibilité des moyens globalement», précisant que face à cette situation, des stocks ont été puisés dans certaines wilayas afin d’être orientés vers d’autres. Le Président Tebboune a souligné, dans ce sens, que le virus «Covid-19» a été une opportunité pour relancer l’industrie nationale dans nombre de créneaux, notamment, les gels hydro-alcooliques et les masques, précisant que «la machine de production nationale s’est mise en route» avec une production quotidienne de quelque 80 000 à 90 000 unités outre, une hausse notable de la production des produits désinfectants. «Je pourrai prendre ici la décision de mobiliser un milliard USD pour la lutte contre le virus «Covid-19»,  faisant remarquer que les réserves de change de l’Algérie s’élevait à 60 milliards Usd». Et d’ajouter : «Que celui qui veut nous aider spontanément soit le bienvenu et ceci sera pour nous un geste d’amitié, mais nous ne demanderons pas l’aumône (…) nous avons suffisamment de moyens». Et de rajouter qu’à ces capacités nationales disponibles s’ajoutera la commande passée à la Chine pour l’acquisition de 100 millions de masques chirurgicaux et 30 000 kits de dépistage, faisant savoir que la réception est prévue «dans 3 à 4 jours». S’agissant des capacités financières, le président de la République a rappelé «l’affectation, dans un premier temps, de 370 milliards de cts pour l’acquisition de moyens de prévention et la réalisation des travaux d’aménagement et autres, puis de 100 millions USD, évoquant, également, une proposition d’aide de 130 millions USD de la part de la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI). Réitérant que le problème n’est pas d’ordre financier (…), il a déclaré : «Je pourrai prendre ici la décision de mobiliser un milliard USD pour la lutte contre le virus «Covid-19», faisant remarquer que les réserves de change de l’Algérie s’élevait à 60 milliards Usd. Et d’ajouter : «Que celui qui veut nous aider spontanément soit le bienvenu et ceci sera pour nous un geste d’amitié, mais nous ne demanderons pas l’aumône (…) nous avons suffisamment de moyens».

Par ailleurs, le Président Tebboune s’est félicité de la relation d’amitié existante entre l’Algérie et la Chine, et de leurs accords de coopération stratégiques dans plusieurs domaines. «La Chine est un pays ami très proche et cette amitié ne plaît pas à certains», a révélé le chef de l’État, ajoutant que cette forte amitié remonte à la période de la Guerre de Libération nationale et s’est raffermie après l’indépendance. «C’est donc tout naturellement que l’Algérie a répondu à l’appel de la Chine en lui envoyant, en février dernier, des aides afin de  lutter contre la propagation du «Covid-19», a expliqué Abdelmadjid Tebboune. Pour le président de la République, l’élan de solidarité de la Chine envers l’Algérie à travers l’envoi d’aides médicales et de médecins permettra de bénéficier de l’expérience de ce pays qui a pu venir à bout de l’épidémie. Concernant ce qui a été colporté au sujet de l’envoi de l’équipe médicale chinoise à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, le Président de la République a affirmé que l’institution militaire comptait des milliers d’experts médicaux et paramédicaux, et qu’elle ne nécessitait aucune aide médicale extérieure, soutenant que les médecins spécialistes et les infirmiers de l’institution militaire vont apporter leur soutien aux hôpitaux civils afin de faire face à cette pandémie. S’agissant de la chloroquine, médicament produit localement, Le Président Tebboune a indiqué que le protocole thérapeutique à base de chloroquine contre le nouveau coronavirus (Covid-19) avait montré son efficacité sur certains patients, rappelant que l’Algérie avait été parmi les premiers pays à utiliser ce médicament. Estimant que le débat sur l’efficacité de ce médicament est un débat scientifique et non politique, le président de la République a évoqué, en citant le ministre de la Santé, des indicateurs positifs, ajoutant, toutefois, que le résultat final sera visible au bout de 10 jours, soit à la fin du protocole. L’Algérie dispose, selon  Abdelmadjid Tebboune, d’un stock permettant le traitement de 200 000 Algériens. Par ailleurs, le président de la République a mis en avant l’impératif de faire preuve de discipline face au coronavirus (Covid-19). Il a déploré, en effet, le manque de discipline «dans l’application des conseils des médecins et le respect du confinement sanitaire», exhortant, dans ce sens, les citoyens à «éviter les rassemblements et à craindre pour leurs familles et pour eux-mêmes». Le Président Tebboune a affirmé que les médecins algériens étaient parmi «les meilleurs dans le monde» et que le pays disposait de «tous les moyens» afin de faire face à cette pandémie. Il a annoncé, à ce propos, avoir signé un décret, qui a pris effet à compter du 15 février 2020, instituant l’octroi d’une prime exceptionnelle au profit des personnels des structures et établissements publics relevant du secteur de la Santé, mobilisés dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation du coronavirus. Décidé pour une période exceptionnelle de 3 mois renouvelables, cette prime est servie forfaitairement à raison de 10.000 DA pour les personnels administratifs et de soutien, 20.000 DA pour le personnel paramédical et de 40.000 DA pour le personnel médical. Son bénéfice peut être étendu à d’autres catégories de personnels mobilisés dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation du coronavirus», a-t-il fait savoir. Évoquant ceux qui remettent en doute les chiffres avancés régulièrement sur l’évolution de la situation de la pandémie de «Covid-19» en Algérie, le chef de l’État a déclaré qu’il s’agit là d’une «attaque féroce» ciblant «des choses sensibles» en Algérie, notamment, l’ANP, qui constitue «l’épine dorsale du pays», ajoutant que ces derniers «n’ont toujours pas digéré la protection assurée par l’institution militaire aux marches populaires et au Hirak». Ces attaques ciblent également «les institutions de l’État» en tentant d’en donner l’image d’un «État totalitaire», a poursuivi le président de la République, soulignant «la liberté d’expression et le climat démocratique» dans le pays. En réponse à une question sur l’avenir des entreprises économiques, à la lumière de la crise que traverse le pays en raison de la propagation du virus «Covid-19» et de la chute des prix du pétrole, le Président Tebboune a assuré qu’il sera toujours «aux côtés des entreprises et des artisans», ajoutant que «l’État mettra en place tous les moyens économiques permettant le retour des petites et moyennes entreprises (PME) sans aucune perte». Concernant la question des stocks des produits alimentaires, sujet d’actualité, le président de la République a confirmé «l’abondance de ces produits», écartant toute pénurie. «La production de semoule, à titre d’exemple, a été multipliée dernièrement par trois grâce à l’augmentation à 100% des capacités de production des minoteries», a-t-il insisté. Pour ce qui est du blé, Abdelmadjid  Tebboune a annoncé des cargaisons à réceptionner par voie maritime en sus de stocks suffisants pour 4 ou 5 mois. «Nous avons des réserves de change de 60 milliards USD alors que la facture d’importation des produits alimentaires ne dépasse pas les 9 milliards USD, annuellement», a-t-il assuré, ajoutant que «l’on ne peut donc parler de pénurie des produits alimentaires». À ce propos, le président de la République, a tenu à rendre hommage aux citoyens «patriotes» qui ont signalé ces dépassements. À la question de savoir à quel point l’Algérie était prête face aux répercussions de la baisse des prix de pétrole, le président de la République, a estimé que le pays était prêt à relever ce défi. «L’Algérie s’apprêtait, avant la chute des cours du pétrole, à la refonte de son économie», a-t-il rappelé, soulignant que cette chute «entraînerait une baisse des recettes de 30 à 40% et que ces dernières pourraient ne plus couvrir que 20% de nos besoins économiques», mais, a-t-il indiqué, «les choses sont étudiées et des textes sont en préparation afin d’engager des changements». Par ailleurs, et concernant le rapatriement des Algériens bloqués à l’étranger, notamment, en Turquie, le chef de l’État, a annoncé le début «dans 2 ou 3 jours», du rapatriement des citoyens toujours bloqués dans ce pays, rappelant «le rapatriement de plus de 8000 Algériens à partir de différents pays du monde, lesquels ont été mis en quarantaine dans des hôtels de luxe, dont 1800 en provenance de la Turquie». À une question sur les raisons du retard de rapatriement d’autres citoyens algériens de la Turquie, le Président Tebboune a expliqué que la procédure d’identification nécessitait du temps et l’attente de place pour pouvoir les mettre en quarantaine. «Nous avons parmi ces personnes, des cas ne justifiant ni de billets ni même de passeports», a-t-il révélé, réitérant son engagement personnel à «n’abandonner aucun Algérien à l’étranger».

  1. Benslimane