Paramédical  380 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de  formation dans la wilaya d’Alger

0
289

 Trois cent quatre-vingt (380) places  pédagogiques de formation supérieure dans les différentes spécialités  paramédicales dans la wilaya d’Alger sont prévues au titre de la nouvelle  session de formation 2018-2019, a-t-on appris hier  de la responsable de la  formation à la Direction de wilaya de la santé et de la population.

Le Dr. Nebbache Nadhira a fait état de 380  places pédagogiques réparties sur 5 spécialités de la formation  paramédicale dont 300 places d’infirmiers de santé publique, 30 places de  sages-femmes de santé publique, 39 places de manipulateurs d’imagerie  médicale de santé publique outre 06 places pédagogiques en hygiène de la  santé publique et 5 en nutrition. Le nombre de places pédagogiques de la formation supérieure dans les  différentes spécialités paramédicales au niveau d’Alger a reculé par  rapport à la session précédente (2017) avec 522 places, et ce en raison du  nombre de places limité au niveau d’Alger, a-t-elle précisé. La même responsable a indiqué que l’Institut national de formation  paramédicale (INFP) d’Hussein Dey (Alger) et les autres annexes de  formation prennent en charge la formation des étudiants de toutes les  wilayas du pays. La formation paramédicale concerne les bacheliers des sessions 2017 et  2018 dans les filières sciences expérimentales, mathématiques et  math-techniques (spécialités paramédicales et sages-femmes). Concernant  l’inscription définitive, la priorité sera accordée aux candidats, session  Baccalauréat 2018, tandis que ceux de la session 2017 seront inscrits selon  l’ordre du mérite et les places pédagogiques disponibles, a-t-elle ajouté.  La sélection se fera sur la base de critères scientifiques et de la  moyenne générale au Baccalauréat, a souligné Dr. Nebbache qui a précisé que  l’objectif étant l’amélioration de la performance du secteur paramédical au  niveau des établissements publics hospitaliers ou de proximité. Les inscriptions qui avaient débuté le 8 aout se poursuivront jusqu’au 20,  a indiqué la même responsable, précisant qu’il sera procédé par la suite à  l’orientation des étudiants lauréats vers les différents Instituts de  formation dans le domaine paramédical et les classes spéciales. La durée de  formation fixée à trois ans pour les spécialités paramédicales et cinq ans  pour les « sages-femmes » sera couronnée par un diplôme habilitant son  titulaire à exercer dans les différentes structures de santé, a-t-elle  poursuivi.  Au titre de la session de formation 2018/2019, les cours débuteront à  partir de la première semaine du mois d’octobre au niveau de l’INPFP  d’Hussein-Dey (1500 places pédagogiques), ainsi qu’à travers les  différentes annexes de la formation paramédicale, réparties à travers les  différents Centres hospitalo-universitaires (CHU), à savoir Mustapha Pacha,  Lamine Debaghine de Bab El Oued et Issad Hassani de Béni Messous.   Mme Nebbache a rappelé, en outre, la création de nouvelles classes dans  les différentes spécialités paramédicales au niveau du CHU Nafissa Hamoud  (ex Parnet), de l’hôpital de Douéra et de l’Etablissement public de santé  de proximité (EPSP) des Annassers pour renforcer la formation et  l’encadrement par des enseignants spécialisés. La même responsable a relevé un manque dans plusieurs spécialités  paramédicales, dû essentiellement au départ à  la retraite d’un nombre important du personnel paramédical des EPSP de la  wilaya, en majorité des femmes (70%). L’ouverture de nouveau postes de formation dans le paramédical intervient  dans le cadre de l’application de la stratégie tracée par le ministère de  la Santé, de la population et de la réforme hospitalière visant à combler  le manque en effectif enregistré au niveau des établissements et centres de  santé.

Yasmine D