Partis politiques et organisations nationales abondent dans le même sens: Le Président Bouteflika de plus en plus sollicité pour un 5e mandat

0
143

Les appels se succèdent en direction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, afin qu’il poursuive sa mission à la tête du pays pour la continuité du développement et la stabilité de l’Algérie. Ainsi, après le FLN, le RND, le Taj, l’ANR, le parti El Karama et bien d’autres encore, c’est au tour du FCE d’abonder dans le même sens, en vue de réitérer son soutien constant au Président Bouteflika, auquel il a renouvelé son appel à poursuivre sa mission à la tête du pays.

Le président du FCE, Ali Haddad, a indiqué que le Forum a appelé le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à se présenter pour un nouveau mandat présidentiel et il va le soutenir dans cette démarche, vu les acquis réalisés par l’Algérie dans tous les domaines, sous sa direction. Le responsable du FCE a réitéré l’adhésion du Forum à l’appel lancé par le président de la République à l’occasion de la Journée nationale du moudjahid pour l’édification d’un front populaire solide afin de garantir la stabilité, soulignant, par la même occasion, avoir évoqué cette question avec le secrétaire général du parti du FLN, Djamel Ould Abbes, et devra le rencontrer ainsi qu’un nombre de partis politiques prochainement. Il a ajouté que le FCE soutient toute personne aspirant à l’édification de l’Algérie. Il faut dire que certains partis estiment que même si le chef de l’Etat ne s’est pas encore prononcé sur le sujet, il n’en demeure pas moins qu’il reste l’homme de la situation pour assurer la continuité du développement et la stabilité de l’Algérie dans un environnement régional très agité.

Dans cette perspective, les partisans du 5e mandat comptent passer à la vitesse supérieure lors des prochaines semaines pour élargir le cercle du soutien à l’éventuelle candidature du Président Bouteflika qui devrait inclure des organisations nationales et le mouvement associatif. L’Algérie, faut-il le reconnaître, est aujourd’hui un pays stable, et ce, grâce à la mobilisation du peuple algérien et à la politique de réconciliation nationale initiée par le président de la République, ont-il relevé, tout en plaidant pour le renforcement du front interne, intérêt national oblige, car la stabilité du pays est une ligne rouge à ne pas franchir. A ce titre, de nombreux acteurs politiques ont fait admettre que grâce au président de la République, l’Algérie a surmonté de nombreuses épreuves qui ont failli causer l’éclatement, d’où la nécessité de consacrer l’entente nationale et de resserrer les rangs en vue de contrecarrer toute menace externe. Ils ont relevé également la détermination de l’Algérie face aux tentatives d’implication de son armée dans des conflits en dehors du territoire nationale, particulièrement au Mali et en Libye, et de l’amener à jouer le rôle du gendarme dans la région avec un financement sur le Trésor public est un choix stratégique qui a des conséquences aux plans interne et externe. Les chefs de partis ont estimé, à cet égard, que l’Algérie a œuvré depuis plus d’une décennie, à vaincre le terrorisme et ce, grâce à la politique de réconciliation nationale initiée par la président Abdelaziz Bouteflika avec une vision éclairée des enjeux réels dont est témoin le monde actuel. Ils ont estimé que les mutations politiques, sociales, économiques et sécuritaires que connaît l’Algérie nécessitent une «réplique intelligente» en vue de préserver la stabilité du pays et l’unité de son peuple. La classe politique a insisté, dans ce sens, sur la nécessité de placer l’intérêt du pays au-dessus de toute considération, rappelant que l’Algérie a réussi à relever tous les défis et crises avec courage, appelant à agir positivement» face aux défis actuels et futurs, notamment celui du parachèvement de l’édification d’un Etat moderne. Elle a appelé également à engager un débat national impliquant tous les acteurs et à dépasser les conflits politiques pour permettre au pays de faire face aux effets de la chute des prix du pétrole, considérant que la situation actuelle exige l’ouverture d‘un débat national responsable loin des tiraillements partisans étroits.

Pour de nombreux acteurs politiques, la conjoncture sensible que traverse le pays exige un rapprochement entre toutes les franges du peuple algérien et la classe politique en vue de relever les défis qui se posent, dont notamment la préservation de la sécurité, la stabilité, l’unité nationale et les intérêts suprêmes du pays. Ils ont, en outre, exhorté la classe politique à faire preuve de sagesse et à éviter des déclarations susceptibles d’envenimer la situation. Le chef de l’Etat avait affirmé, à ce propos, que le consensus et l’unification des forces ont constitué l’objectif principal qui a permis de rétablir la quiétude dans notre pays et d’accomplir de nombreuses réalisations sur tous les plans, au service du peuple algérien. Il s’agit également de mener à bien la bataille du développement dans une conjoncture marquée par de multiples pressions extérieures et principalement par une chute vertigineuse des cours du pétrole, ce qui exige de tous les Algériens, quels que soient leurs postes et fonctions, de mettre à profit tous les atouts et toutes les capacités pour relever ce défi, avait souligné le président de la République. Le développement, la souveraineté et l’indépendance ainsi que toutes les valeurs de notre peuple, impliquent de renforcer l’Etat de droit qui exige à son tour de promouvoir le consensus national et de resserrer les rangs face aux défis du monde contemporain. De ce fait, le chef de l’Etat avait appelé toutes les franges de la société algérienne sont appelées à soutenir les institutions de l’Etat en vue de réaliser les objectifs du développement.

Il avait également exhorté le gouvernement et ses partenaires sociaux et économiques à la solidarité, à la mobilisation et à l’unification des rangs afin de mener à bien la bataille du développement et préserver l’indépendance financière de l’Algérie et de sa souveraineté sur le plan économique. Il s’agit, pour le peuple algérien, de se serrer les coudes afin de préserver l’unité nationale et la stabilité du pays, des acquis chèrement réalisés après un lourd tribut, grâce à la politique de réconciliation nationale dont le président de la République a été le principal artisan. Il s’agit pour autant de dégager une feuille de route visant à protéger le pays des dangers qui menacent sa sécurité et sa stabilité. Cette démarche s’inscrit, faut-il le souligner, en droite ligne avec le discours développé, en maintes occasions, par le chef de l’Etat qui n’avait pas manqué d’appeler les citoyens algériens à défendre les acquis et les réalisations et à demeurer vigilants face aux bouleversements qui secouent le monde et qui affectent de nombreux pays de notre région. L’Algérie qui a pu sauvegarder sa stabilité, sa sécurité et sa souveraineté, milite en faveur d’un monde de paix et de stabilité notamment dans son environnement arabo-africain et déploie, à cet égard, de sérieux efforts pour apporter des solutions aux conflits et unifier les rangs afin que la paix et la stabilité règnent dans notre espace au profit des peuples de la région.

Le chef de l’Etat s’est dit «convaincu que les enfants de notre peuple sauront conjuguer leurs efforts en faveur de l’ancrage des valeurs de démocratie et de justice sociale, de l’approfondissement des principes de liberté individuelle et collective et de la promotion de la femme en s’attelant au travail dans tous les domaines de développement afin de se prémunir des crises économiques et financières qui marquent les relations entre les pays».