Plus de 60 crimes et délits résolus grâce au système AFIS

0
978

Systeme AFIS-DGSNLes services de la police judiciaire de la Sûreté nationale ont traité au cours du mois de septembre dernier 60 affaires criminelles liées aux atteintes aux personnes et aux biens et réussi à identifier les auteurs présumés grâce aux techniques d’investigations « modernes », a indiqué un communiqué de presse de la cellule de communication de la DGSN.  C’est en effet le système automatisé d’identification des empreintes digitales (AFIS) qui a été derrière ces belles performances avec notamment la reconnaissance des empreintes digitales des mis en cause.  Grâce à ces techniques donc, on compte 8 affaires, qualifiées « complexes » qui ont été traitées par les experts du laboratoire central relevant de la direction de la Police judiciaire, le reste a été élucidé au niveau des laboratoires des différents sûreté nationales du pays. Notre source a révélé que parmi les 8 affaires en question, cinq d’entre elles portent sur le vol dont une avec effraction, une affaire concerne le faux et usage de faux, un cas est lié à la constitution d’association de malfaiteurs et homicide volontaire et la dernière affaire porte sur l’enlèvement et la séquestration.                                                                                                       Selon le chef de la cellule de communication à la DGSN, le commissaire divisionnaire, Amar Laroum, ces résultats « positifs » ont été réalisés grâce aux nouvelles techniques adoptées par la DGSN pour faire face à toute forme de criminalité et préserver la sécurité des citoyens et leurs biens. Il a profité de cette occasion pour appeler les citoyens à « collaborer » activement avec les services de police et assuré à ce propos que les services de sécurité restent « mobilisés jour et nuit » pour « veiller » à la sécurité des biens et des personnes, les exhortant enfin les à faire usage du numéro vert de la sûreté nationale, le 15/48.                   La DGSN a révélé par ailleurs que les services de la police judiciaire sont parvenus durant ce mois de septembre à résoudre 30 affaires de meurtre et de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner et procédé à l’interpellation de 61 auteurs présumés qui ont usé d’armes blanches. Pour les meurtres, le bilan de la police porte sur 18 crimes et 44 arrestations dont 18 auteurs principaux présumés et 26 complices présumés. Pour les CBV, on compte 12 affaires traitées par la sûreté nationale et 17 arrestations dont 12 auteurs principaux présumés et 5 complices présumés.