Plusieurs partis politiques investiisent le terrain: Cap sur les élections locales

0
36
Photo AniaZiani@L'Echo d'Algérie

Plusieurs partis politiques ont mis à profit leurs sorties sur le terrain ces derniers jours pour aller au contact direct des citoyens en vue de les séduire en prévision des élections locales prévues le 23 novembre prochain.

Tout en se disant « fin prêts » pour se lancer dans la course électorale, ces formations politiques ont mis l’accent sur la nécessité de redonner confiance au peuple algérien et lui procurer la possibilité du changement, insistant sur l’importance de donner la parole aux citoyens, afin qu’ils choisissent leurs représentants aux assemblées locales (APC et APW) parmi les candidats les plus compétents, les plus intègres et les plus crédibles..

A ce titre, de nombreux leaders politiques ont estimé que les Algériens avaient besoin de refaire confiance en leur pays et que la solution pour sortir de la crise passe par les urnes, l’entente nationale, le renforcement des exportations et le soutien à l’investissement. Dans la même perspective, le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections, Abdelwahab Derbal, avait affirmé  que la surveillance de l’opération de vote était une lourde responsabilité pour l’ensemble des intervenants dans le processus électoral, notamment les partis politiques. M. Derbal avait précisé, en outre, que la surveillance du processus électoral se veut un travail minutieux qui requiert la mobilisation de tous, notamment les partis politiques qu’il a qualifiés d’alliés et de partenaires essentiels dans l’opération de surveillance. Après avoir souligné que l’opération de surveillance des élections est un devoir constitutionnel et juridique, M. Derbal a souligné la détermination de son instance à s’acquitter de son rôle juridique et politique en fonction des moyens juridiques, politiques et matériels disponibles. Le même responsable a relevé que le processus de surveillance des élections se veut un combat qui débute par l’étape de la révision du fichier électoral national, soulignant, à ce propos, la nécessité d’assainir ce fichier et de le développer, étant, selon M. Derbal,  le garant de la légitimité des rendez-vous électoraux et  un facteur majeur dans le choix des représentants du peuple à différents niveaux de responsabilité. Il a également estimé que l’opération d’assainissement du fichier national du  corps électoral est liée à l’assainissement de l’état civil qui reste, selon lui, un grand problème en Algérie, qui nécessite des efforts de longue haleine pour y remédier. Le président de la Haute instance  a insisté sur l’importance de la conjugaison des efforts de tous les acteurs qui contribuent à l’émergence d’une opinion publique consciente, mettant l’accent sur l’importance de la formation des magistrats concernés par l’opération politique eu égard aux retombées de l’action politique sur la vie sociale. Le responsable a, par ailleurs, plaidé en faveur de la révision minutieuse de la loi électorale, compte tenu de son impact sur la vie politique et le processus démocratique, invitant les représentants des partis politiques à prendre part à cette révision en soumettant leurs propositions en la matière. M. Derbal a, en outre, insisté sur la nécessaire diffusion de la culture démocratique avant son exercice et le respect des lois qui doivent être révisées en permanence, notamment la loi sur l’information et la loi électorale. Les efforts déployés par la HIISE visent la mobilisation de l’ensemble des parties concernées devant garantir le succès de ce prochain rendez-vous  électoral, avait-il ajouté. Aussi, il a insisté sur la formation continue, encadrée par des experts en  la matière, de tous les acteurs concernés pour permettre, selon lui, aux  différents intervenants dans cette opération électorale de mener à bien leur mission. De son côté, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a indiqué que les préparatifs pour le rendez-vous du 23 novembre vont bon train à travers l’ensemble du territoire national, précisant que tous les moyens étaient réunis pour assurer le succès de cette échéance. La phase actuelle de ces préparatifs est celle du dépôt des recours par tout candidat dont la candidature aura été rejetée, a-t-il dit, précisant que les concernés ont trois jours pour présenter leurs recours à la justice. Concernant le fichier électoral national, le ministre a souligné que ses services continueront à remédier aux lacunes relevées et à la double inscription des électeurs en mobilisant tous les moyens humains nécessaires et en utilisant les nouvelles technologies de communication, ajoutant que le fichier électoral est assaini à 95% et l’opération devrait se clôturer fin octobre.