Poème « Hiziya mon amour », un nouvel ouvrage sur la belle immortelle

0
693

Dans l’ouvrage collectif « Hiziya mon amour »  coordonné par l’écrivain Lezhari Labter, plusieurs écrivains et poètes  célèbrent, chacun à sa manière, la mémoire de Hiziya et sa légendaire  histoire d’amour perpétuée par le poème éponyme de Mohamed Benguitoun.

Publié aux éditions Hibr à l’occasion du 23e Salon international du livre  d’Alger (Sila), cet ouvrage a été réalisé par des auteurs comme Maïssa Bey,  Nassira Belloula, Amel El Mahdi, Smail Yabrir, Arezki Metref ou encore  Abdelmadjid Kaouah, réunis autour de cette figure mythique, disparue il y a  140 ans, et du poème qui l’a rendue célèbre.    Immortalisée par Benguitoun, Hiziya, fille d’Ahmed Belbey un chef de  tribu des Zibans, vivait une grande histoire d’amour avec son cousin  Sayed, avant de disparaître tragiquement à l’âge de 23 ans. Ce drame qui a  conduit Sayed à l’errance, rendu fou par la perte de sa bien-aimée, a  inspiré le poète et à sa suite de nombreux écrivains.   Dans ce livre, la romancière Maïssa Bey a choisi de republier un extrait  de son roman « Hiziya » paru en 2015, où elle raconte sa première expérience  avec la poésie grâce au poème de Mohamed Benguitoun qu’elle qualifie de  « somptueux tombeau érigé par l’amant à l’amour ».    Aicha Bouabaci évoque un retour vers la poésie et l’amour à travers ce  symbole qui est célébrée par les Algériens à travers la musique et  différents écrits. Elle propose également au lecteur son poème « Le retour  de Hiziya » publié en 2004, alors que le poète Amar Achour participe à cet  ouvrage avec un texte poétique paru en 1993. D’autres poèmes écrits à cette occasion évoquent la mémoire de Hiziya et  l’amour inconditionnel qui l’a liée à Sayed dans des œuvres comme « Amante  de le bruine oasienne» d’Azzedine Menasra ou «Ma Hiziya» de Miloud Khaizar traduit vers le Français par Lazhari Labter Dans un autre texte, le poète et journaliste Abdelmadjid Kaouah aborde la  transmission de ce fameux poème dans les années 1940 par les voix des  ténors Abdelhamid Ababsa et Khelifi Ahmed portés par les ondes de la Tsf.  Dans ce texte intitulé « Hiziya transmission sans fil », il évoque également  la tradition de l’oralité dans la société algérienne qui a permis de rendre  éternel ce poème en « nous donnant notre Abla et notre Béatrice réunies »,  écrit-il. Le romancier et poète Smail Yabrir propose une nouvelle relatant une  histoire d’amour similaire à celle du couple Hiziya et Sayed et suggère  l’existence d’autres histoires à cette époque mais qui n’ont pas eu la  chance d’être immortalisés par Benguitoun. Ce texte intitulé « En marge de  l’amour » a aussi été traduit de l’Arabe vers le Français par les soins de  Lezhari Labter. L »ouvrage renferme également tous les écrits originaux en langue arabe, y  compris le poème de Benguitoun. En 2017 Lezhari Labter, également poète et journaliste, a publié « Hiziya  princesse d’amour des Zibans », un roman où il invite le lecteur à un voyage  en caravane en compagnie du couple mythique qui parcourut le pays à la fin  du 19e siècle.

Benadel M/ Ag