Pour sauver les entreprises de la faillite: La commission des finances et du budget de l’APN appelle à la prise d’avantages de mesures

0
116

Les membres de la commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale ont appelé à prendre davantage de mesures pour protéger et sauver les entreprises à la lumière des répercussions négatives de la pandémie du corona sur diverses activités économiques, à un moment où le texte législatif propose, dans le projet de loi de finances 2021, la clôture de 38 comptes d’affectation spéciale dans le cadre de la réhabilitation des principes du bilan financier.

Lors d’une séance consacrée à la présentation du projet de loi de finances pour l’année 2021, présidée par Ahmed Zeghdar, président du comité, les membres du comité ont estimé que «malgré que les entreprises ont enregistré une forte baisse de leurs activités avec la fermeture des filières entières, la nouvelle loi ne prévoit pas d’allouer des ressources financières pour les prendre en charge.» Dans ce contexte, l’un des membres a affirmé que les institutions économiques «souffrent en silence et nombre d’entre elles sont susceptibles de faire faillite», ajoutant que sans «fournir une aide financière urgente au profit de ces institutions touchées, il est impossible de parler de la stimulation de l’économie comme objectif stratégique pour l’année prochaine. De son côté, une membre de la commission s’est interrogée sur la faisabilité des incitations fiscales et douanières et les avantages approuvés par le projet de loi de finances pour 2021 au profit des entreprises émergentes «si l’ensemble du tissu économique souffre et a besoin d’assistance». Par ailleurs, les participants ont souligné l’importance de maîtriser les dépenses budgétaires pour les années à venir, se demandant comment financer le déficit prévu, qui se maintiendra à des taux relativement élevés d’ici la fin de 2020 et au-delà.

Par ailleurs, certains membres ont exprimé leur rejet du recours automatique à des augmentations des taxes et l’introduction de certaines d’entre elles, telles que les taxes sur le carburant des véhicules quittant le territoire national aux frontières. Aussi, certains d’entre eux ont également exprimé leur «surprise» face à la diminution du budget de certains secteurs comme le tourisme et l’agriculture, malgré l’importance dont ces secteurs jouissent dans le cadre du plan gouvernemental de recherche d’alternatives au hydrocarbures. Les membres de la commission des finances et du budget de l’APN ont également souligné l’importance d’allouer toutes les ressources financières nécessaires à la prise en charge des zones d’ombre, compte tenu du déficit de l’infrastructure principale. Dans le même sillage, les parlementaires se sont interrogés sur les raisons de la hausse de l’inflation actuellement enregistrée et attendue pour les années à venir, et comment la contrôler afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens et des classes vulnérables. En ce qui concerne les fonds privés, les mêmes membres ont salué la clôture de 38 comptes d’affectation spéciale dans le cadre du projet de loi de finances 2021, mais ils ont demandé plus de précisions sur la manière dont ils ont été constitués, le sort des fonds qu’ils contiennent et le sort des comptes restants. Les députés, membres de la commission, ont discuté au cours de cette session de la nécessité de redoubler les efforts pour résoudre certains problèmes et préoccupations, tels que la mauvaise perception des impôts, les postes vacants, le marché noir de la devise, le marché commercial parallèle, la contrebande d’essence aux frontières, ainsi que les budgets à allouer aux wilayas et wilayas déléguées.

Synthèse de M. W. Benchabane