Pour une exploitation «optimale» d’Alcomsat-1: TDA et ASAL signent une convention-cadre en présence du ministre de la Communication, Djamel Kaouane

0
561

Une convention-cadre entre la Télédiffusion d’Algérie (TDA) et l’Agence spatiale algérienne (ASAL) portant sur l’exploitation «optimale» du satellite Alcomsat-1 pour les besoins de télédiffusion a été signée, hier, à Alger. La convention a été signée par le directeur général de TDA, Chawki Sahnine, et le directeur général de l’ASAL, Azzeddine Oussedik, lors d’une cérémonie tenue au Centre téléport de TDA à Bouchaoui en présence du ministre de la Communication, Djamel Kaouane.

Les axes principaux de coopération s’articulent autour de l’exploitation des capacités du satellite dédiées à la radiodiffusion, à la définition d’une stratégie commerciale pour le développement et l’extension des services de radiodiffusion par satellite en Algérie. L’accord porte également sur l’exploitation et la maintenance des stations terrestres de radiodiffusion TV et radio, la formation et transfert de savoir-faire dans le domaine des services de radiodiffusion TV et radio par satellite et sur l’étude, la conception et l’ingénierie liées aux systèmes et services de radiodiffusion TV et radio. Les prochaines étapes de cette coopération concerneront la commercialisation et l’exploitation des capacités d’Alcomsat-1 dédiées à la radiodiffusion TV et radio, a-t-on indiqué auprès de l’ASAL. Dans une allocution, Kaouane a qualifié d’«historique» la signature de cette convention entre les deux entreprises publiques, saluant le travail accompli par les groupes d’experts depuis le lancement le 10 décembre 2017 d’Alcomsat-1, premier satellite algérien de télécommunications qui place le pays dans le cercle des nations disposant de leur propre plateforme de communication satellitaire. «Les groupes d’experts travaillent d’arrache-pied pour rendre effective la mise en activité de ce satellite qui diffuse actuellement 5 Chaînes publiques (Programme national, A3, Canal Algérie, TV Coran, TV Tamazight) en Haute définition (HD) et en diffusion standard (SD) ainsi que 55 Chaînes radios et le fil d’Algérie Presse Service», a-t-il ajouté. «C’est le fruit d’un travail d’équipe colossal pour donner vie à ce satellite pour qu’il soit opérationnel avant la fin de l’année», a-t-il ajouté, faisant état «des grands moyens mobilisés par les autorités publiques à leur tête le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour la concrétisation de ce projet».

Kaouane invite les Chaînes privées algériennes à diffuser depuis Alcomsat-1

Kaouane a, à cette occasion, invité les Chaînes privées algériennes à diffuser leurs programmes depuis le nouveau satellite Alcomsat-1. «Nous invitons les Chaînes privées algériennes à rejoindre le satellite algérien qui est attractif du point de vue technique, car proposant, notamment la diffusion en HD et en SD, ainsi que commercial et couvrant l’ensemble du territoire algérien, ainsi que les pays du Maghreb et le Sahel», a-t-il indiqué, pré- cisant que les tests, toujours en cours, de transmission des chaines publiques sont également «concluants». Actuellement, sur les 9 transpondeurs d’Alcomsat-1 dédiés à la diffusion de Chaînes de télévision et de radios numériques, deux sont utilisés pour les Chaînes TV publiques algériennes et les 55 chaines radios aux formats HD et SD. Les sept autres transpondeurs, pouvant recevoir jusqu’à 80 Chaînes SD et 30 Chaînes HD, sont ouverts à la commercialisation, a-t-on indiqué auprès de TDA. Interrogé, par ailleurs, par la presse sur certains programmes de Chaînes de télévisions privées basés sur la violence, Kaouane a déploré cet état de fait, expliquant cette situation par un «manque de créativité» de la part de ces Chaînes, dont les programmes «ne représentent pas la société algérienne». Il a, toutefois, salué certaines Chaînes de télévisions privées algériennes qui font un «travail de recherche pour améliorer constamment leurs émissions et programmes». Pour rappel, l’ensemble des Chaînes privées algériennes sont de droits étrangers et diffusent depuis des satellites étrangers.