Pouvoir d’achat du citoyen: Le gouvernement s’emploiera à son amélioration

0
61
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé, hier à Alger, que le gouvernement s’emploiera à l’amélioration du pouvoir d’achat du citoyen à travers l’augmentation du Salaire national minimum garanti (SNMG) et ce, après une «large concertation» avec les différents acteurs et partenaires sociaux.

La garantie des nécessités d’une vie décente à tous les citoyens, sans exclusion aucune, «n’est nullement une faveur de la part de l’Etat, mais l’une de ses missions initiales et c’est aussi un engagement du gouvernement vis-à-vis du peuple», a indiqué Djerad lors de la présentation du Plan d’action du gouvernement devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN).

A ce propos, il a affirmé que la protection et la promotion des personnes aux besoins spécifiques ainsi que leur insertion dans la vie professionnelle «demeurera une préoccupation permanente pour les pouvoirs publics qui œuvreront aussi à la promotion de l’enfance, des adolescents et des personnes âgées». Soulignant que la préservation et la consolidation des systèmes de sécurité sociale et de retraite «figurent parmi les priorités du gouvernement», le Premier ministre a cité, dans ce cadre, le lancement de la contractualisation en matière de soins, l’élargissement de l’assiette des cotisations, l’intégration graduelle des personnes activant dans l’informel et la création d’une branche retraite complémentaire au sein de la Caisse nationale des retraites (CNR) et de la Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (CASNOS). Par ailleurs, Djerad a mis en avant l’impératif d’accorder à notre système éducatif «une priorité majeure» et de «conférer davantage d’efficacité au rôle de l’université sur les plans scientifique et social», ajoutant que l’évolution accélérée du savoir scientifique «nous impose la révision des méthodes et programmes d’enseignement». Au volet de la santé, le Premier ministre a fait savoir que les efforts du gouvernement seront focalisés sur la consolidation et l’organisation des offres de soins, dont les grandes lignes portent sur «le rapprochement de la santé du citoyen, le renforcement de la prévention et des soins de proximité, la correction des disparités géographiques et sociales, en veillant à assurer des prestations de qualité en respect de la dignité du malade». Il a fait état parallèlement du développement des industries du médicament et autres produits à usage médical pour atteindre 70% de la production locale sur les génériques et 30% en produits de spécialité et «ériger l’industrie pharmaceutique nationale en secteur créateur de richesses». Le Premier ministre a, par ailleurs, précisé que le «Plan d’action proposé vise à mettre en œuvre les engagements annoncés par le Président de la République,  Abdelmadjid Tebboune, dans son Programme». Il sera «détaillé avec méthodologie dans des programmes d’action sectoriels qui seront soumis à un suivi et à une évaluation continus pour atteindre les objectifs escomptés», a-t-il expliqué. De plus, le gouvernement procèdera à l’évaluation de tous les textes législatifs et réglementaires régissant les activités des départements ministériels afin d’assainir les situations qui touchent aux droits des citoyens ou qui font ressortir un cumul de dispositions contradictoires et, donc, inapplicables», a-t-il souligné. Djerad a, en outre, évoqué «les instructions données aux départements ministériels et aux administrations pour les amener à lutter en permanence contre la bureaucratie, à travers l’analyse de toutes les démarches exigées actuellement dans les relations entre le citoyen et l’administration, les relations avec les institutions, voire celles régissant les administrations, en particulier en matière de comptabilité publique, d’organisation budgétaire et fiscale et de règlementation commerciale, où des procédures complexes continuent de prévaloir en l’absence de modernisation». Il a aussi mis l’accent sur «la nécessaire promotion du système juridique qui doit impérativement se hisser aux normes internationales pour permettre à notre économie de s’ouvrir sur le monde et de s’intégrer dans la dynamique de l’économie moderne». Quant au volet relatif à la politique extérieure, à la sécurité et à la défense nationale, le Premier ministre a mis en avant «l’importance du renforcement du rôle et de l’influence de l’Algérie sur la scène internationale et continentale, de l’approfondissement de ses relations de coopération avec l’ensemble de ses partenaires et de la protection et de la promotion des intérêts de notre communauté nationale à l’étranger». Djerad a enfin renouvelé l‘engagement du gouvernement en faveur de «la consolidation de la sécurité et de la défense nationale pour la préservation de l’intégrité territoriale du pays et le renforcement de sa stabilité».

Yasmina Derbal /Ag.