Près de 500 dossiers devant la justice: L’Etat veut accélérer la cadence dans la lutte contre la corruption

0
215

Près de 500 dossiers concernant la lutte contre la corruption sont en voie d’être instruits au niveau de la Cour suprême, ce qui dénote la détermination de l’Etat d’aller de l’avant dans ce sens et accélérer la cadence de cette lutte.

Il y quelques jours, la justice avait prononcé des peines allant jusqu’à 20 ans de prison ferme, assorties d’amendes oscillant entre 100.000 et 2 000.000 DA, à l’encontre, notamment, des deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia (15 ans de prison) et Abdelmalek Sellal (12 ans). Il s’agit également d’anciens ministres et hommes d’affaires impliqués dans l’affaire de montage automobile ayant causé une perte de plus de 128 milliards de dinars au Trésor public, et du financement occulte de la campagne électorale de l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika. A ce propos, le président élu, Abdelmadjid Tebboune, a placé la lutte contre la corruption parmi ses priorités, en s’engageant à lutter «rigoureusement» contre ce fléau, à assainir le pays de ses résidus et à poursuivre la traduction en justice de «la bande qui a pillé l’argent public». Il a affirmé, d’emblée, après son élection, que «la loi relative à la lutte contre la corruption sera maintenue», soulignant que la «grâce présidentielle ne touchera pas les personnes impliquées dans des affaires de corruption». Dans son programme et durant sa campagne électorale, Tebboune avait fait part, à maintes reprises, de son engagement pour l’«éradication de la corruption et la poursuite en justice des personnes impliquées dans le détournement des deniers publics», ainsi que de mettre un terme à l’emprise de l’argent sale sur la politique. Dénonçant le phénomène de «détournement de deniers publics et la détérioration du niveau de vie des citoyens», il a fait part, aussi, de son engagement à poursuivre l’opération d’assainissement» de la situation, à savoir la lutte contre la corruption et toutes les formes de dilapidation des deniers publics, ainsi que la «récupération des fonds volés». Tebboune a fait savoir, à ce propos, «connaître» les lieux de placement de ces fonds volés qui permettront une fois rapatriés de couvrir une grande partie des dépenses programmées dans son programme électoral. Pour lui, «la guerre contre la corruption sera poursuivie» et les fonds transférés illégalement seront «récupérés», du moment, a-t-il souligné, qu’il existe des mécanismes pour le faire. L’élection présidentielle du 12 décembre intervient dans un contexte marqué par la lutte contre la corruption qui cible d’anciens hauts responsables du pays.

De son côté, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a affirmé récemment que la lutte contre la corruption n’admet «aucune limite» et «aucune exception ne sera faite à quiconque». «Partant du fait que la lutte contre la corruption n’admet aucune limite et qu’aucune exception ne sera faite à quiconque, cette voie sera celle que l’institution militaire veillera à entreprendre avec détermination, posant ainsi les jalons de l’affranchissement de l’Algérie du vice de la corruption et des corrupteurs avant la tenue des prochaines élections présidentielles», a souligné Gaïd Salah lors de ses différentes visites dans les Régions militaires. «Il y a lieu d’affirmer encore une fois la détermination de l’institution militaire à accompagner la justice, avec une ferme conviction et un sens élevé du devoir, ainsi que de la protéger de façon à lui permettre d’exécuter convenablement ses missions et s’acquitter judicieusement de son rôle de moralisateur, en déterrant tous les dossiers et en les traitant en toute équité quelles que soient les circonstances, de façon à faire comparaître devant la justice tous les corrompus quels que soient leur fonction ou leur rang social», a-t-il affirmé, soutenant que «permettre à la justice de traiter les lourds dossiers de corruption et mener ses missions à terme, est un devoir national dont l’institution militaire ressent, devant Allah, l’histoire et le peuple, l’impératif d’accomplir, quelles que soient les circonstances». Pour lui, il apparaît «clair aujourd’hui» au peuple algérien à travers tous ces dossiers présentés devant la justice qu’«il a été procédé par le passé et de manière délibérée, à la mise en place des conditions propices à la pratique de la corruption». «Il apparaît également à travers cela que ce qu’on appelait à l’époque réforme de la justice n’était malheureusement que des paroles en l’air et des réformes creuses qui, bien au contraire, ont encouragé les corrompus à persister dans leurs méfaits et ont été parrainés pour empiéter les droits du peuple et enfreindre les lois délibérément sans crainte et sans aucune conscience», a déploré le chef d’état-major de l’ANP. Il a, dans ce cadre, estimé que «l’heure des comptes est arrivée et le temps d’assainir notre pays de toute personne malhonnête qui s’est laissée tentée de troubler la vie quotidienne du peuple algérien par de telles pratiques et de tout ce qui a obstrué les horizons face aux Algériens et semé la peur, voire le désespoir en l’avenir». Par ailleurs, le général de corps d’armée a souligné que tous les indices confirment que la crise économique que traverse le pays est due, «en premier lieu, à la mauvaise gestion de la part de quelques responsables qui ont bafoué le devoir et le sens de l’engagement et  de la responsabilité dont ils sont tenus de porter le fardeau». La cause fondamentale de la crise économique dont souffre le pays «est un problème de gestion en premier lieu, à savoir que les deniers publics étaient pour certains gestionnaires, de l’argent commun, voire permis, où ils se servaient à volonté quand ils voulaient en toute impunité et sans contrôle ou considération envers le poids de la responsabilité dont ils portent le fardeau». Pour lui, la responsabilité dans sa définition la plus large, la plus exhaustive et la plus correcte est «d’honorer sa parole et avoir bonne conscience et c’est une qualité qui permet à l’homme d’être à la hauteur de son engagement». «La responsabilité, dans son sens le plus profond, c’est tenir également son engagement et rester fidèle au serment. Mais ce qui parait étrange, c’est que le gravité des dossiers présentés devant la justice aujourd’hui démontre que les concernés par ces dossiers ont perdu tous les attributs de l’engagement, et les exigences de la responsabilité, du fait de la mise à profit de leurs fonctions, leur influence et leur pouvoir pour transgresser les lois et enfreindre leurs limites et leurs règles», a relevé Gaïd Salah. «Cette gestion illégale a permis de créer des projets stériles et sans intérêts réels pour l’économie nationale. Ils ont été octroyés de manière sélective, et à des montants astronomiques sous forme de crédits, ce qui a perturbé la cadence du développement en Algérie. Ces pratiques viciées et immorales sont en parfaite contradiction avec la teneur des discours hypocrites de ceux qui les tenaient», avait-il conclu.

  1. Benslimane