Préservation de l’intégrité du territoire national et protection des frontières: Une préoccupation majeure de l’ANP

0
114

Il n’est pas exagéré de dire que la situation en Libye laisse présager de graves répercussions sur les pays de la région et qu’il est de toute urgence nécessaire de trouver une issue pacifique à la crise avant qu’il ne soit trop tard.

A ce titre, le constat fait par le président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, Abdelmadjid Tebboune, sur la situation en Libye, lorsqu’il a affirmé dans un de ses entretiens avec la presse que ce pays se «retrouve aujourd’hui dans une situation comparable à celle que connaît la Syrie, du fait de la multiplication des ingérences étrangères». Tirant la sonnette d’alarme, l’Algérie avertit que «la situation inédite qui prévaut actuellement sur le terrain est autrement plus dangereuse que ne peuvent l’imaginer certains», compte tenu des «effets d’une guerre par procuration dont certaines parties planifient l’exécution en Libye» et qui «aura inévitablement des répercussions sur les pays de la région, dont l’Algérie». «Plus grave encore, armer les tribus libyennes, comme le projettent certains, fera de ce pays frère, comme l’a affirmé le président de la République, en une «nouvelle Somalie», met-il en garde. La position de l’Algérie vis-à-vis de la crise libyenne repose sur des principes immuables qui guident sa diplomatie, le recours au dialogue et à la négociation pour la résolution pacifique des conflits et des différends, loin du langage des armes et de l’ingérence étrangère. En effet, l’évolution de la situation en Libye peut être source de défis et de menaces sur notre sécurité nationale, ce que traduisent les propos du président de la République lorsqu’il affirme que la sécurité de la Libye participe de la sécurité de l’Algérie. De plus, l’attachement de l’Algérie à se tenir à équidistance des deux parties libyennes dans le conflit qui les oppose, est le reflet de la constance de ses principes et de sa détermination à trouver une solution pacifique qui sera dans l’intérêt du peuple libyen et rien d’autre. Sur cette base, l’Algérie qui partage avec la Libye environ un millier de kilomètres de frontières terrestres communes et, compte tenu des liens historiques qui unissent les deux peuples, est pleinement convaincue que tout ce qui pourrait porter atteinte à la Libye affectera également l’Algérie. Aussi, l’instauration de la paix et de la stabilité en Libye est dans l’intérêt de tous, voilà pourquoi notre pays n’a de cesse d’appeler avec insistance à l’intensification des efforts en vue de trouver, dans les plus brefs délais, une solution politique à la crise comme seul moyen de mettre un terme à l’effusion du sang dans ce pays voisin. Au regard de ces données et de bien d’autres, l’Armée nationale populaire place la préservation de l’intégrité du territoire national et la protection des frontières nationales en tête de ses préoccupations. A cet effet, l’ANP œuvre inlassablement et de manière continue au développement du corps de bataille, se tient en permanence au plus haut niveau de vigilance et de préparation, comme le démontrent les exercices démonstratifs avec tirs réels, exécutés avec succès par ses unités de combat, en particulier celles déployées le long de nos frontières, constituant ainsi un barrage infranchissable, faisant échec à toute menace. C’est là un volet auquel le Haut commandement de l’ANP attache un grand intérêt en pariant sur l’élément humain et en veillant à lui donner tous les moyens et équipements nécessaires et de lui garantir l’atmosphère appropriée lui permettant de s’acquitter pleinement de ses missions. Face à une situation qui ne cesse de se dégrader et devient de plus en plus inquiétante dans le voisinage immédiat, plus particulièrement en Libye et au nord du Mali, la sécurisation des frontières demeure, à priori, une priorité absolue pour l’Algérie.

C’est à ce titre que les Forces de l’ANP veillent sans répit à la sécurisation des frontières du pays et à la sauvegarde des fondements de sa sécurité et sa stabilité et ce, conformément aux exigences qu’imposent le devoir de veiller en permanence à la promotion des capacités de l’Armée. Pour ce faire le Haut commandement de l’ANP a élaboré une approche claire en terme de substance, ambitieuse en terme d’objectifs et flexible en terme d’application et d’exécution. Cette approche rationnelle et clairvoyante, qui tient compte les éventuels variables géopolitiques et les défis actuels et futurs qui en découlent, est adaptée aux propres spécificités de l’ANP et à ses capacités à le transformer en réalisations concrètes sur le terrain. Cela est dicté par la nécessité de la préservation et le renforcement des divers acquis et l’impératif de l’adaptation des objectifs tracés avec le processus de développement des Forces armées. Dans ce contexte, le maintien de la dynamique actuelle n’est pas un objectif en soi, mais plutôt l’accélération de sa cadence en adéquation avec la concrétisation des objectifs escomptés, estiment de nombreux observateurs. Pour eux, cela nécessite la préservation et le renforcement des acquis, tout en œuvrant à focaliser davantage les efforts sur l’excellence et la perfection, en adoptant une démarche juste et pertinente dans l’évaluation continue de ce qui est réalisé sur le terrain. Il s’agit également d’emprunter une méthodologie de travail planifiée qui tient compte, non seulement de la concrétisation des objectifs tracés, mais aussi et surtout de l’impératif de veiller à l’adaptation de ces objectifs avec le processus de développement de l’ANP et son avenir. C’est ainsi qu’on peut asseoir, de manière solide et correcte, un processus professionnel fructueux, a-t-on souligné.

  1. Benslimane