Présidence de la FAF cherche candidat désespérément

0
819

La date butoir des dépôts des candidatures pour le poste de président de la FAF, dont l’AG élective est prévue le 20 mars au CTN de Sidi-Moussa à Alger, pris fin hier. Seulement, force est de constater que les candidats ne se bousculent pas au portillon. Une attitude somme toute attendue. Du coup, la commission électorale mise en place lors de l’AG ordinaire de la Fédération, sera dans l’obligation de prolonger les délais de candidature si d’ici à minuit aucun candidat ne dépose son dossier. Il y a quelques jours, Mourad Lahlou, le président du club amateur du NAHD a affirmé qu’il était en train de préparer son dossier de candidature, mais à l’heure où nous mettons sous presse, il n’est pas encore passé à l’acte. Pour sa part, le président du PAC, Kheireddine Zetchi, qui ambitionnait à son tour de tenter l’expérience, a fini par faire machine arrière. L’attitude des membres de l’AG lors de la session ordinaire, et qui ont à l’unanimité plébiscité le président sortant Mohamed Raouraoua le «priant» pour briguer un nouveau mandat, l’a refroidi. En fait, cette attitude a montré, si besoin est, aux pré- tendants à la succession de Raouraoua que leurs chances sont nulles si l’homme décide de se repré- senter. D’où leur réticence à se pré- senter et à se faire ridiculiser par le patron du football national. Ils étaient alors dans l’expectative pendant tous ces derniers jours en attendant que Raouraoua prenne sa décision. Toutefois, ce dernier ne s’est toujours pas prononcé et joue la prolongation, même si certains lui prêtent l’intention de quitter la FAF. Est-ce une manière de se faire désirer et de montrer qu’il reste l’homme de la situation ? En tout cas, son jeu trouble va faire durer le suspense jusqu’à la dernière minute, et peut-être même pendant les délais prolongés du dépôt de candidatures, puisqu’il s’agit du scé- nario envisagé dans les milieux de la commission électorale.