Présidentielle en Tunisie : Kaies Saied et Nabil Karoui au 2e tour

0
122

Les candidats Kaies, Saeid et Nabil Karoui, au 1er tour de la présidentielle anticipée tunisienne du 15 septembre, ont été donnés vainqueurs du 1er tour, selon les estimations d’ un centre spécialisé dans les sondages, alors que les résultats de la Haute Instance indépendante de la surveillance des élections (ISIE) se font toujours attendre.

Le candidat indépendant Kaies Saeid est arrivé en tête du classement avec 19,56% et Nabil Karoui, candidat du parti Qalb Tounes avec 15,5%. Les résultats préliminaires devront être confirmés par l’ISIE au cours de la journée. Selon le président de l’ISIE Nabil Baffoun , les résultats exactes et officiels sont ceux qui seront donnés par l’ISIE, a-t-il prévenu au cours d’une conférence de presse animée, dimanche soir, au terme de l’opération électorale.

Les résultats préliminaires donnés par le centre de sondage Sigma Conseil sont jugés de tous les Tunisiens d’une grande surprise et d’un séisme par d’autres. Le candidat en tête est souvent donné par des sondages comme un candidat du second plan, tandis que le second croupissait en prison. Les candidats s’affronteraient ainsi au 2e tour prévu dans 15 jours, selon la loi électorale Le 3e candidat arrivés après les deux vainqueurs est le candidat du parti d’Ennahdah, Abdelleftah Mourou , avec 11%. Les candidats Abdelkrim Zebidi, Youcef Chahed, Safi Saïd, ont eu respectivement 9,4%, 7,5% et 7, 4%. Le taux de participation final au premier était de 45,2% à la clôture de l’opération électorale, selon l’ISIE. Le taux de participation à l’étranger était à la même heure de 19,07%. Le taux de participation est en baisse en comparaison avec celui du scrutin de 2014 où il avait atteint plus de 64%.

Le taux de participation a baissé, selon, l’ISIE, en raison de la non- affluence des jeunes sur les urnes cette fois-ci. Le scrutin de dimanche a vu la participation de 26 candidats avant le retrait de deux candidats, vendredi dernier, au profit d’un autre candidat. Le scrutin s’est déroulé,  selon les observateurs dans de bonnes conditions avec peu d’infractions et d’irrégularités qui n’avaient pas perturbé le scrutin présidentiel. Le scrutin s’est déroulé aussi sous haute et il a bénéficié d’une grande couverture médiatique.

Plus de 3 millions d’électeurs ont voté

Le taux général de participation à l’élection présidentielle anticipée a atteint 45.02% à l’intérieur du pays et 19,7% à l’étranger, annonce le président de l’Instance électorale (ISIE) Nabil Baffoun. S’exprimant lors d’une conférence de presse au Palais des congrès à Tunis, Baffoun a fait savoir que sur plus de 7 millions d’inscrits, quelque 3010 908 électeurs ont exprimé, ce dimanche, 15 septembre, leurs choix.

Baffoun a fait observer que le taux de participation à l’étranger est revu à la hausse puisque le dernier bureau de vote, à San Francisco (Etats-unis) fermera ses portes lundi à 4h du matin (heure locale). Le taux de participation au scrutin présidentiel anticipé a été recensé sur 33 circonscriptions électorales réparties sur le territoire national (27) et à l’étranger (6). Sur un autre plan, Baffoun a souligné que seule l’Instance électorale (ISIE) est habilitée à annoncer les résultats officiels de l’élection présidentielle anticipée.

Les infractions enregistrées étaient mineures, selon l’ISIE

Les infractions enregistrées pendant la période du silence électoral et le jour du scrutin de l’élection présidentielle étaient mineures et ne peuvent êtres considérés comme des crimes électoraux, a affirmé Soufien Laabidi, membre de l’ISIE. Parmi ces infractions, la distribution de tracts électoraux et affiches de propagande électorale par les partisans de certains candidats, a-t-il ajouté. L’Instance a averti ceux ayant commis ces infractions et rédigé des procès-verbaux à leur encontre dont certains ont été transmis au ministère public, a-t-il souligné. Tous les dépassements, violations de la loi électorale et infractions relevés seront pris en compte lors de l’annonce des résultats préliminaires des élections, a indiqué la même source.

Le candidat Moncef Marzouki reconnaît sa défaite à l’élection présidentielle

Moncef Marzouki a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle anticipée qui a lieu, ce dimanche 15 septembre, qualifiant les résultats de ce scrutin de «décevants». Dans un post publié sur sa page Facebook, Marzouki affirme «qu’il a échoué à convaincre les électeurs pour voter en sa faveur», laissant entendre qu’il assume l’entière responsabilité «de son échec». Vingt-six candidats sont en lice pour cette 2e élection présidentielle au suffrage direct depuis la révolution de 2011. L’Instance électorale (Isie) doit publier des résultats préliminaires de ce scrutin, mardi 17 septembre.

Le président doit obtenir la majorité absolue des voix pour être élu au 1er tour. Dans le cas contraire, les deux candidats ayant le plus de voix seront opposés lors d’un second tour dont la date n’est pas connue.

Les Tunisiens dans l’attente des résultats définitifs

L’ISIE est la seule Instance habilitée et autorisée à donner les résultats officiels et définitifs, selon la loi électorale en vigueur.

«Les résultats officiels et définitifs sont ceux émanant de l’ISIE», a prévenu, hier, le président de l’ISIE, Nabil Baffoun, au cours d’une conférence de presse sanctionnant l’opération électorale.

L’ISIE a exclu, hier, le fait que des résultats définitifs soient communiqués dans la nuit de lundi. «La tâche est énorme et nous allons nous donner le temps nécessaire pour s’assurer de l’exactitude du décompte», a fait observer l’ISIE. Des informations en boucle ont été véhiculées, hier, par des médias aussi bien locaux qu’étrangers faisant part de la victoire de deux candidats, en l’occurrence le candidat indépendant Kaies Saied et Nabil karoui chef du parti Qalb Tounes. Les médias en question se sont référés aux résultats publiés par un centre spécialisé dans les sondages. Des Tunisiens approchés, ce lundi, par la presse ont, à l’unanimité, affirmé «ne pas accorder du crédit à ces informations» et qu’ils attendaient les résultats de l’ISIE pour «dissiper le doute». «Oui j’ai eu vent des informations, selon lesquelles deux candidats sont passés au 2e tour. Mais je reste méfiants d’autant plus que l’ISIE a mis en garde contre ce genre d’annonce…», a souligné Mohcen, rencontré en plein boulevard Bourguiba. «Il y a certes des informations donnant deux candidats vainqueurs du scrutin d’hier. Mais je préfère rester méfiante et attendre les résultats officiels de l’ISIE», a indiqué pour sa part Salwa, rencontrée également au centre ville, alors qu’elle se précipitait à payer un journal chez un buraliste de la place.

Les résultats rapportés par des médias ont été qualifiés par tous les Tunisiens de «surprenants et inattendus». Les deux candidats en question, souligne-t-on, «n’étaient pas donnés favoris et leurs parcours politique ne revêt aucun caractère exceptionnel». Certains titres de presse ont qualifié les résultats, tout en rapportant les informations en question, de «séisme politique». D’autres ont parlé d’«un scénario inattendu». Le scrutin présidentiel du dimanche 15 septembre s’est déroulé dans de bonnes conditions. Le taux de participation final donné par l’ISIE à la fin de l’opération électorale était de 45,02 à l’intérieur du pays et de 19,7 à L’étranger. Pas moins de 7074 566 électeurs inscrits sur les listes électorales ont conviés à voter dans les centres de vote mis en place à travers le territoire national, alors que 386 053 électeurs sont comptés parmi la communauté tunisienne à l’étranger répartis sur 46 pays.

En prévision de ce rendez-vous politique, 60 000 agents ont été mobilisés pour encadrer les opérations de vote, selon l’ISIE).

Le scrutin présidentiel pour la communauté tunisienne établie à l’étranger avait débuté, vendredi, et s’est poursuivi durant les journées de samedi et dimanche. Le taux de participation définitif de cette élection n’était pas encore disponible, alors qu’il a atteint 35% à 17h à travers les 27 circonscriptions électorales.

Les Tunisiens avaient à choisir entre 26 candidats en lice. «Un exercice des plus difficiles», ont estimé les observateurs politiques, d’autant plus qu’aucun des candidats n’est favori. Parmi les 26 postulants, ont pris part à cette présidentielle des figures politiques connues, à l’image de Youcef Chahed, le candidat du parti Tahya Tounes, Abdelfattah Mourou, candidat du parti Ennahdha, Abdelkrim Zbidi, candidat indépendant, Nabil Karoui, candidat du parti Qalb Tounes, Abir Moussi, candidate du parti desturien libre et Hamma Hammami, candidat du Front populaire (FP), Hamma Hammami. Deux candidats en lice ont annoncé, vendredi, leur retrait de la course en faveur du candidat Abdelkarim Zbidi, un indépendant bénéficiant du soutien du parti au pouvoir, Nidaa Tounes. Il s’agit de l’ancien membre du gouvernement, Mohsen Marzouk et de l’homme d’affaires Slim Riahi qui ont annoncé leur désistement sur leur page Facebook officielle. Ce retrait de la course la veille du jour du scrutin en plein silence électoral est «illégal et obsolète», selon l’ISIE. Date du second tour de l’élection présidentielle en Tunisie. La campagne va s’intensifier une fois que deux candidats seront qualifiés pour le second tour, qui doit avoir lieu avant le 4 novembre. Mais pour l’heure, la date du second tour de la présidentielle en Tunisie n’a pas été fixée.

La presse tunisienne revient sur le scrutin présidentiel

Le scrutin présidentiel anticipé en Tunisie qui a eu lieu, dimanche 15 septembre, a été largement évoqué, ce lundi, par la presse locale, revenant ainsi sur les conditions de son déroulement, les 1ers résultats de dépouillement des bulletins de vote et l’affluence des électeurs, ainsi que les défaillances constatées.

Tous les titres de la presse locale francophone et arabophone ont ouvert leurs Unes sur les 1ers résultats de cette élection, lui consacrant, toutefois, des commentaires fleuves. Le journal Echourouk a titré en filigrane dans sa une «Kaies Saied et Nabi Karoui au second tour, un séisme politique». Le journal qui a repris les estimations du centre spécialisé dans les sondages Sigma Conseil, a souligné que le résultat est plus qu’une surprise et contraire à toutes les prévisions. «Les résultats sont un séisme politique non seulement, compte tenue, du fait qu’ils étaient surprenant et inattendus, mais aussi, eu égard au parcours des candidats dont le 1er est sans parti, pauvre et ignoré par les médias, tandis que le second se trouve en prison», explique l’éditorial du journal.

«Les résultats du scrutin suscitent désormais tant de questions dont la plus importante est-ce qu’on procédera à la libération du candidat Karoui et si dans le cas où il remportera le scrutin du 21e tour, présidera-t-il le pays», s’est interrogé, en outre, le journal. «Les résultats préliminaires du scrutin sont aussi une confirmation de la chute des partis modérés», a écrit en outre le journal. Pour sa part, le journal Essabah El Ousbouai, a ouvert sa Une avec les posters des candidats Kaies Saied et Nabil Karoui en grand format avec un titre accrochant : «Ainsi veut l’urne». Sans commenter le titre, le journal s’est contenté de reprendre les estimations du centre spécialisé dans les sondages Conseil Segma. Le journal est revenu, par contre, longuement sur les conditions de déroulement du scrutin à travers de nombreux gouvernorats.

Le journal est revenu aussi sur les conférences de presse animées, hier, par la Haute Instance de la surveillance des élections (ISIE), en reprenant, notamment les déclarations de l’ISIE au sujet des auteurs des infractions commises lors du scrutin, écrivant que «toutes les infractions graves seront transmises à la justice». De son côté le journal francophone,

Le Temps, a titré : «Kais Saied contre Nabil Karoui : Un fauteuil pour deux». L’auteur de l’article, a, tout en exprimant sa surprise, noté que le résultat est «révélateur» sur le fait qu’en politique «il ne sert pas de courir, il faut partir

à point». L’éditorialiste du journal parle d’«une gifle» pour la classe politique que «leur a donnée, notamment la jeunesse en les boudant d’une part et en votant pour des figures de second plan d’autre part».

Le journal a également commenté le recul du taux de participation, en le qualifiant tout simplement d’une abstention. Le journal a recueilli aussi les impressions des observateurs étrangers présents au scrutin. Il a cité ainsi, entres autre, la Mission de l’Union européenne (UE) . Selon cette dernière «le scrutin s’est déroulé dans le calme et respect des procédures». Pour la Mission Carter, «le scrutin s’est déroulé sans failles».

Un autre journal francophone, La Presse, a titré sa Une : Kaies Saied et Nabil Karoui s’affronteront au 2e tour : Un verdict qu’on n’attendait pas». Le journal a écrit à ce propos : «Une grande surprise de taille : deux candidats appartenant à l’anti-système ont triomphé, hier, lors du 11e tour». Le journal a mis aussi l’accent sur le boycott des jeunes pour le scrutin, en titrant «les jeunes déçoivent».

Le scrutin s’est déroulé aussi, selon les correspondants du journal à travers de nombreuses régions, dans «une ambiance ordinaire». Les résultats préliminaires officiels devront être annoncés au cours de la journée par la Haute Instance indépendante de l’observation des élections (ISIE). Le président de cette Instance, Nabil Baffoun, a prévenu, hier, lors de sa dernière conférence de presse que «les résultats exacts et officiels sont ceux qui seront donnés par l’ISIE». Le taux de participation au scrutin du 15 septembre était de 45,2 à l’intérieur et de 19,7 à l’étranger. Il est en baisse par rapport aux taux enregistrés durant l’élection de 2014.

Ahsene Saaid /Ag.