Présidentielle: La campagne se poursuit en Algérie, le vote à l’étranger a commencé

0
391

Les candidats à l’élection présidentielle poursuivent leur campagne en vue de sensibiliser les électeurs à participer massivement au scrutin du 12 décembre.

Mihoubi s’engage à faciliter les investissements étrangers en partenariat avec les entités nationales Abordant le débat télévisé la veille des candidats en lice à l’élection du 12 décembre, Mihoubi a estimé que ce rendez-vous a donné une image «appropriée de la démocratie en Algérie, l’instar de l’image honorable donnée auparavant par le peuple lors de son Hirak pacifique et historique.

Dans un autre registre, le secrétaire général par intérim du RND a promis d’ouvrir un musée dans chaque commune du pays afin de permettre aux nouvelles générations de s’attacher plus à leur passé. «Nous nous efforcerons d’ouvrir un musée dans chaque commune pour que nous ne devenions pas un peuple sans mémoire», a-t-il martelé. A partir de Khenchela, Azzedine Mihoubi s’est engagé, ce samedi, à faciliter les investissements étrangers en partenariat avec les entreprises algériennes. S’exprimant lors d’un meeting populaire animé à la cinémathèque de la ville à l’occasion du 21e jour de la campagne électorale, Mihoubi a assuré que, s’il était élu à la tête du pays, il œuvrerait à «faciliter les procédures d’investissements étrangers en Algérie conformément aux lois en vigueur assurant les droits du pays d’accueil, et le développement de son économie». Le même candidat a souligné que la wilaya de Khenchela, comme d’autres wilayas du pays, recèle des ressources minières qui gagneraient à être exploitées «en partenariat avec des opérateurs étrangers afin de générer de la richesse et créer des emplois permanents pour mettre fin au bricolage». Au cours de son meeting, Mihoubi a également promis de résoudre les problèmes des maquignons, notamment celui relatif aux aliments de bétail en vue de préserver et diversifier les ressources animales et mettre un terme à l’importation. Il a ajouté qu’il ne se satisfera pas de «promulguer une nouvelle Constitution» s’il était élu président», mais qu’il «recourra au peuple à chaque fois qu’il sera nécessaire de le consulter sur des questions cruciales concernant l’avenir de la nation.

Saluant, en outre, le rôle de l’Armée nationale populaire dans la protection de l’Algérie, tout en évitant une dérive durant l’année 2019, le même candidat a relevé que «l’Algérie a parcouru un long chemin lui permettant de franchir le cap actuel grâce à l’ANP».