Présidentielle: « L’Etat engagé à prendre en compte toutes les conclusions de  l’INDM » affirme  Rabehi

0
133

 Le ministre de la Communication, Porte-parole du  gouvernement, Hassan Rabehi, a affirmé  hier à Alger l’engagement de l’Etat  à prendre en compte toutes les conclusions de l’Instance nationale de  dialogue et de médiation (INDM), y compris pour la révision du Code  électoral et les cadres juridiques et administratives inhérents à  l’organisation de l’élection présidentielle.

« L’Etat prendra en compte les conclusions des commissions de l’INDM, qu’il  s’agisse de la révision de la loi organique portant régime électoral ou des  différentes mesures juridiques et administratives y afférentes », a déclaré  M. Rabehi en marge de la cérémonie d’ouverture de la session parlementaire  ordinaire 2019-2020.   Il a rappelé, dans ce contexte, la position de l’Etat qui « a affirmé, à  maintes reprises, que l’entière responsabilité est confiée aux commissions  de dialogue, qui auront à définir les cadres inhérents à la préparation  d’une élection libre et démocratique ». L’Etat est mobilisé par tous ses moyens matériels et humains pour  l’intérêt général, a-t-il soutenu ajoutant que la régularité implique la  préparation de l’élection présidentielle à travers un « dialogue sage et  sérieux ». Répondant à une question sur les appels au départ du gouvernement actuel,  M. Rabehi a réaffirmé que ses membres ont rejoint l’exécutif, « en réponse à  l’appel du pays », et que « la plupart d’entre eux n’avaient pas d’étiquettes  politiques ». Il a souligné, dans ce sens, l’engagement de l’Etat à traiter toutes les  revendications populaires.  Saluant l’accompagnement de l’Armée nationale populaire (ANP) dans cette  démarche, M. Rabehi a réitéré que l’objectif est de permettre au pays de  dépasser cette conjoncture. Quant au secteur de la Communication, M. Rabehi a fait savoir que son  département s’attèle à la révision de tous les textes régissant le domaine  de l’information, à travers l’installation de commissions chargées  d’examiner ces volets, une opération devant aboutir à une série de projets  de loi à soumettre au gouvernement dès leur finalisation. Il a insisté, par ailleurs, sur l’importance de la contribution des  journalistes, des secteurs, public et privé, à travers la formulation de  propositions dans ce sens.

« La majorité des Algériens ne rejettent pas le principe de l’élection présidentielle »

La « majorité » des Algériens « ne rejettent pas le principe de l’élection présidentielle », a affirmé mardi à Alger le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Hassan Rabehi. « La majorité des Algériens ne rejettent pas le principe de l’élection présidentielle », a déclaré M. Rabehi en marge de l’ouverture de la session parlementaire ordinaire pour l’exercice 2019/2020 du Conseil de la nation, insistant sur l’importance du dialogue pour préparer cette échéance. « Nous avons grandement besoin du dialogue à même de nous permettre de nous réunir autour d’un programme et d’organiser des élections démocratiques », a-t-il souligné. Le ministre a ajouté que le gouvernement et l’Etat algériens « adhèrent totalement au vœu de la majorité des Algériens », soulignant la disponibilité « sincère et entière » de l’institution militaire à accompagner ce processus.

Kaid. S