Production industrielle en 2017: Faible hausse des prix du secteur public

0
956
Photo conception L'Echo D'Algérie@

L’Algérie accorde un intérêt particulier au développement d’une assise industrielle, pour se détacher en quelque sorte de sa forte indépendance aux secteurs hors hydrocarbures et partant diversifier son économie par  l’augmentation des quotas de des secteurs importants.

Au troisième trimestre de l’année 2017, les prix à la production industrielle, hors hydrocarbures, du secteur Public national, ont augmenté de 0,8% contre hausse de 2,7% pressentie à la même période de l’année précédente.

D’ailleurs l’évolution des prix  au courant de l’année 2017, a fluctué en l’espace de quelques mois. Selon un bilan de l’Office national des statistiques (ONS), le taux enregistré au deuxième trimestre de la même année, fait état d’une baisse de 0,2% des prix avant de reprendre leur évolution.

Cette évolution des prix à la production industrielle du secteur public national quand bien même est-elle faible, a été tirée de la hausse de 3 ,9% du secteur de l’Energie qui a réussi à se reprendre après une baisse de 1,6% observée le trimestre écoulé.

Après la baisse de 3,9% au deuxième trimestre les prix de la production du secteur des mines et carrières ont poursuivi leur chute pour atteindre une variation négative, de -0,6% en raison de la baisse des prix de certaines activités, notamment l’extraction du minerai des matières minérales et celle du sel « respectivement -5,4% et -3,9% ».

Grace à la hausse de plus de 2% des prix de la sidérurgie et transformation de la fonte de la fabrication de biens intermédiaires métalliques, les ISMMEE ont pu reprendre et augmenter de 1,7% au troisième trimestre 2017 par rapport au trimestre précédent.

Cette hausse est également imputable à la hausse enregistré par les mécaniques et électriques (+3,5%), et de la fabrication des biens de consommation mécaniques (+1,4%), selon l’ONS.

Après une baisse de 0,3%, observée au deuxième trimestre 2017, les Industries des bois, liège et papier, voient leurs prix gravir la barre des 3 % au troisième grâce à la hausse de plus de 6% des prix de la menuiserie générale et des biens intermédiaires en bois (+6,2%).

Une nette décélération du rythme de hausse caractérise les Industries Textiles dont la variation des prix passe de +2,0% au premier trimestre 2017 à +1,3% au deuxième pour atteindre +0,1% au troisième.

Les prix des produits issus des Industries chimiques ont augmenté de 0,3% durant la même période de référence en raison de la hausse de plus de 4 % des prix des autres biens intermédiaires en plastique.

L’année 2017, a été également caractérisée par la hausse des valeurs unitaires à l’importation. Selon un précédent bilan du même office la hausse  des prix a été de 6,7% par rapport à 2016 et a touché aux groupes produits alimentaires avec 7,4%, biens de consommation non alimentaire avec 6,1%, équipements industriels avec 5,1% et les matières premières énergie et lubrifiants avec 5,0%. Les autres groupes d’utilisation notamment les équipements agricoles  et produits bruts ont enregistré des baisses des prix à l’importation avec respectivement (24,8%) et (6,7%).

Les prix sont restés relativement en hausse sur tous les mois de l’année 2017 à l’exception du mois de mars. C’est en ce seul mois que les prix ont enregistré une baisse de 1,0%.