Projet pénétrante autoroutière Djen Djen-El Eulma Renvoi de 700 travailleurs du chantier du tronçon de Jijel Plus de 700 travailleurs au chantier du tronçon de Jijel du projet pénétrante autoroutière Djen Djen (Jijel) – El Eulma (Sétif) ont été renvoyés à la suite de l’arrêt quasi total des travaux et l’expiration des délais contractuels de réalisation fixés à 60 mois, a indiqué, hier, le chef du projet de ce tronçon Abdennour Bez. Selon le même responsable, le projet d’un tracé de 110 km pour lequel a été mobilisée une enveloppe financière de 170 milliards de dinars a été, pour son tronçon de 45 km à Jijel, confié à un consortium algéro-italien (Rizzani, SAPTA et le groupe Haddad) de sorte à ce que les sociétés italienne Rizzani et algérienne SAPA se chargent d’une partie de la route des ouvrages d’art tandis que la société de sous-traitance algérienne MAPA prend en charge une partie du tunnel de 1860 mètres et le groupe Haddad 40% de la totalité du projet. L’arrêt total des travaux pour cause de non-paiement depuis janvier passé de près de 6 milliards de dinars au consortium en charge de la réalisation a conduit au renvoie de 700 travailleurs, a indiqué le chef de ce projet qui employaient à ses débuts 1200 travailleurs. Certains chantiers, notamment ceux confiés à SAPTA et portant sur la construction de nombre d’ouvrages d’art continuent leur travail en plus d’autres chantiers tournant à un rythme inférieur à celui voulu, a ajouté le même cadre qui a estimé à 44 % le taux d’avancement des travaux. De son côté, le PDG du port de Djen Djen, Abdeslam Bouab, a considéré que l’avenir de ce projet est directement lié à cette pénétrante «incontournable pour les échanges économiques» surtout que les routes nationales reliant Jijel à Béjaïa, Sétif et Mila sont incapables de contenir le volume de 30 millions tonnes devant être traitées annuellement par ce port d’ici à 2025. Les investisseurs et opérateurs économiques, a-t-il ajouté, misent largement sur ce port qui possède le plus grand terminal de containers en Algérie et les importateurs de Chine et des Amériques sont aujourd’hui contraints de débarquer leurs cargaisons transportés sur les gros navires en Espagne et Malte avant les réexpédier vers les ports d’Algérie sur de petits navires. Après la réception de l’extension du terminal pour containers au port de Djen Djen, ce port pourra accueillir ces gros navires et permettre un gain de 10 à 15 dollars sur les marges de bénéfice de chaque container, a fait savoir le même responsable qui a estimé que cela ne se produira pas sans la réception de la pénétrante sur l’autoroute Est-Ouest nécessaire pour le transit de grands nombre de camions de transport de containers vers les diverses wilayas. Pour le chef du service de développement des infrastructures routières à la direction des travaux publics de la wilaya, Adel Lecheheb, les services des travaux publics locaux ont exécuté les tâches qui leurs ont été confiées dont l’expropriation et l’indemnisation des propriétaires nécessaires pour libérer le tracé du projet. Les délais contractuels d’exécution du projet ont expiré en mai passé alors que le taux d’avancement des travaux n’a pas atteint 50 %, a ajouté le même cadre qui a précisé qu’une correspondance a été adressée au ministère de tutelle sur la situation de ce projet sectoriel.

0
69

Plus de 700 travailleurs au chantier du tronçon de Jijel du projet pénétrante autoroutière Djen Djen (Jijel) – El Eulma (Sétif) ont été renvoyés à la suite de l’arrêt quasi total des travaux et l’expiration des délais contractuels de réalisation fixés à 60 mois, a indiqué, hier, le chef du projet de ce tronçon Abdennour Bez.

Selon le même responsable, le projet d’un tracé de 110 km pour lequel a été mobilisée une enveloppe financière de 170 milliards de dinars a été, pour son tronçon de 45 km à Jijel, confié à un consortium algéro-italien (Rizzani, SAPTA et le groupe Haddad) de sorte à ce que les sociétés italienne Rizzani et algérienne SAPA se chargent d’une partie de la route des ouvrages d’art tandis que la société de sous-traitance algérienne MAPA prend en charge une partie du tunnel de 1860 mètres et le groupe Haddad 40% de la totalité du projet. L’arrêt total des travaux pour cause de non-paiement depuis janvier passé de près de 6 milliards de dinars au consortium en charge de la réalisation a conduit au renvoie de 700 travailleurs, a indiqué le chef de ce projet qui employaient à ses débuts 1200 travailleurs. Certains chantiers, notamment ceux confiés à SAPTA et portant sur la construction de nombre d’ouvrages d’art continuent leur travail en plus d’autres chantiers tournant à un rythme inférieur à celui voulu, a ajouté le même cadre qui a estimé à 44 % le taux d’avancement des travaux.

De son côté, le PDG du port de Djen Djen, Abdeslam Bouab, a considéré que l’avenir de ce projet est directement lié à cette pénétrante «incontournable pour les échanges économiques» surtout que les routes nationales reliant Jijel à Béjaïa, Sétif et Mila sont incapables de contenir le volume de 30 millions tonnes devant être traitées annuellement par ce port d’ici à 2025. Les investisseurs et opérateurs économiques, a-t-il ajouté, misent largement sur ce port qui possède le plus grand terminal de containers en Algérie et les importateurs de Chine et des Amériques sont aujourd’hui contraints de débarquer leurs cargaisons transportés sur les gros navires en Espagne et Malte avant les réexpédier vers les ports d’Algérie sur de petits navires. Après la réception de l’extension du terminal pour containers au port de Djen Djen, ce port pourra accueillir ces gros navires et permettre un gain de 10 à 15 dollars sur les marges de bénéfice de chaque container, a fait savoir le même responsable qui a estimé que cela ne se produira pas sans la réception de la pénétrante sur l’autoroute Est-Ouest nécessaire pour le transit de grands nombre de camions de transport de containers vers les diverses wilayas. Pour le chef du service de développement des infrastructures routières à la direction des travaux publics de la wilaya, Adel Lecheheb, les services des travaux publics locaux ont exécuté les tâches qui leurs ont été confiées dont l’expropriation et l’indemnisation des propriétaires nécessaires pour libérer le tracé du projet. Les délais contractuels d’exécution du projet ont expiré en mai passé alors que le taux d’avancement des travaux n’a pas atteint 50 %, a ajouté le même cadre qui a précisé qu’une correspondance a été adressée au ministère de tutelle sur la situation de ce projet sectoriel.