Protection de l’enfance: De nouveaux textes d’application en cours d’élaboration

0
237

«De nouveaux textes d’application de la loi 15-12 relative à la protection des droits de l’enfance sont en cours d’élaboration par le ministère de la Justice».
C’est ce qu’a révélé, hier , à Alger, la déléguée de l’Organe national de protection et de promotion de l’enfance (ONPPE).

Meriem Chorfi, qui s’est exprimée en marge d’une rencontre d’évaluation des actions entreprises par l’Organe au profit de l’enfance depuis sa création en 2015, a indiqué que ces textes seront promulgués d’ici la fin de l’année. Dans une déclaration à la presse, Meriem Chorfi a souligné le travail du réseau accompli par l’ensemble des acteurs impliqués dans la promotion et la protection de l’enfance. Elle a rappelé l’installation de la commission permanente composée de 15 départements ministériels et de la société civile. Dans sa nouvelle stratégie, l’Organe a misé sur le facteur humain à travers le lancement du plusieurs cycles de formation pour coordonner les efforts des acteurs. «On est parti sur une nouvelle étape qui consiste en le renforcement des capacités de l’ensemble des parties concernées dans la protection des enfants», a-t-elle indiqué tout en se félicitant de la prise de conscience de la société civile. Par ailleurs, plus de 530 signalements sur des cas d’atteinte aux droits de l’enfant ont été enregistrés et pris en charge par l’ONPPE depuis le lancement du numéro vert 1111 en avril dernier.

Dans sa nouvelle feuille de route, l’Organe s’est tracé comme objectif d’être plus présent sur le terrain en effectuant des sorties pour s’enquérir de la situation des enfants à travers les quatre coins du pays, notamment dans les zones enclavées. Interrogée sur le phénomène du kidnapping, la présidente de l’ONPPE a fait savoir que son éradication repose essentiellement sur la prévention et la communication entre les parents et l’enfant qui doit apprendre à se protéger et être vigilant. Le représentant de l’ambassade du Royaume-Uni a indiqué que la protection de cette catégorie de la société relève de la responsabilité de l’Etat qui doit mettre en place tous les moyens humains et matériels. Michael Kerny a évoqué les efforts accomplis par l’ONPPE, la Commission nationale et le Conseil des droits de l’homme qui méritent des éloges. Muhammad Shabana, directeur des projets à l’Organisation internationale de réforme pénale dans la région du Moyen-Orient et en Afrique du Nord, a indiqué que l’Algérie s’est dotée de moyens à même d’assurer une meilleure vie pour cette catégorie qui représente l’avenir du pays. De son côté, le professeur Fewaz Ratrot, par sa qualité d’expert international, a considéré que l’Algérie est un pays pionnier.