Protection de l’enfant  (UNICEF): « L’Algerie a réalisé  d »‘importantes avancées » affirme Marc Lucet

0
130

L’Algérie a réalisé « d’importantes avancées » dans  le domaine de la protection de l’enfant, qui sont le produit de  l’engagement constant et renouvelé du Gouvernement algérien pour l’enfance,  a estimé  hier à Alger, le représentant du Fond des Nations-Unies pour  l’enfance (UNICEF) en Algérie, Marc Lucet Il s’agit notamment, de la mise en place de l’Organe national de la  Protection et de la Promotion de l’enfance, le lancement de la cellule  d’écoute et du dispositif de signalement contre les atteintes aux droits de  l’enfant (numéro 11-11), en plus des politiques de prise en charge et  d’accompagnement, a indiqué M. Lucet, lors d’un séminaire international sur  l’importance du signalement dans la protection de l’enfant. Le même responsable a précisé que « ces réalisations s’inscrivent dans le  prolongement direct du pas déterminant franchi par l’Algérie avec  l’adoption en juillet 2015 de la loi relative à la protection de l’enfant ».

« Ces avancées sont aussi le produit de l’engagement constant et renouvelé  du Gouvernement algérien pour l’enfance en tant que priorité nationale, un  engagement inscrit de longue date dans les politiques adoptées par l’Etat  algérien basées sur des principes forts, notamment, l’accès garanti pour  tous à un enseignement obligatoire et gratuit, l’accès aux soins de santé  et à la protection sociale ». M. Lucet a ajouté que c’est un engagement qui se traduit aussi dans  l’action menée pour la mise en úuvre de l’agenda 2030 pour le développement  durable en Algérie. Par ailleurs, le représentant de l’Unicef a indiqué qu’aujourd’hui dans le  monde « un grand nombre d’enfants sont victimes de discrimination, d’abus et  d’exploitation, victimes de conflits et de violences, autant de souffrances  qui mettent en péril leur enfance et leur avenir », révélant que chaque  année à l’échelle de la planète, 1 enfant sur 2 subit encore une forme de  violence ou abus. Il a noté également que la violence contre l’enfant reste le plus souvent  invisible, malgré les engagements publics pris par les Etats et les acteurs  de la protection de l’enfance, les efforts et les campagnes de  sensibilisation, d’où toute l’importance du signalement des situations où  l’enfant se trouve en danger. M. Lucet a mis l’accent sur la nécessité de mobiliser les sociétés, les  familles, les professionnels pour mieux lutter contre les violences faites  aux enfants et répondre à leurs besoins.

Yasmina Derbal