Protection de l’environnement Zerouati  appelle à une coopération entre l’Université et les secteurs de l’Industrie

0
178
Photo : Fateh.G

Pour la ministre de l’Environnement et des énergies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati, la science, la valorisation énergétique et le partage de responsabilité doivent contribuer à la protection de l’environnement  et au développement durable.

Lors des travaux du séminaire international sur la co-incinération des déchets en cimenterie, organisé par le groupe Gica et l’Université SAAD Dahlab 1 de Blida a mis en exergue, qui se sont déroulés avant-hier mardi à Alger,  Mme. Zerouati a mis l’accent  sur ces trois éléments et leur impact sur l’environnement.   Ce séminaire avait comme objectif d’initier des pistes de recherche et de développement technologique et de transfert de savoir-faire adaptées au  contexte algérien.Selon la ministre,  la valorisation énergétique des déchets devra contribuer fortement à la protection de l’environnement et au développement durable. D’autre part, Mme. Zerouati a  mis l’accent sur le rôle de la science dans toute  action engagée au titre de la protection de l’environnement. Ainsi, elle a plaidé pour plus de coopération entre l’Université et les secteurs de l’Industrie, et de l’Environnement.  Elle a également appelé à plus de partage de responsabilité à l’effet de  relever les défis dans le domaine environnemental.

Les principales recommandations de ce séminaire international

Organisé par le groupe  Gica en collaboration avec l’Université SAAD Dahlab1 de Blida, le séminaire international sur la co-incinération des déchets  en cimenterie s’est déroulée organisé les 2 et 3 juillet à Alger.  Ce rendez-vous  a été sanctionné par des  recommandations issues de plusieurs sessions et ateliers.  Les participants à cette rencontre ont recommandé, entre autre, de doter les centres d’enfouissement techniques d’installations de prétraitement et  de conditionnement de déchets destiné à la co-incinération en cimenterie.  Il est ressorti de cette rencontre que les pouvoirs publics doivent  inciter l’industrie cimentière algérienne à effectuer les investissements nécessaires afin de se lancer dans l’utilisation des combustibles  alternatifs avec des taux de substitution acceptables.  Les pouvoirs publics doivent également encourager la création de sociétés  de récolte, de tri, de prétraitement et de conditionnement des déchets.  Aussi, une fois la co-incinération entamée, il faut pratiquer une  politique de transparence envers le public et les riverains,  recommandent-ils. Parmi les recommandations figure également l’impératif de promouvoir la  valorisation énergétique des déchets et d’organiser une collecte sélective  des déchets sans omettre le développement de la recherche et développement. Plusieurs thématiques ont été donc traitées.  Les technologies et principes de co-incinération des déchets dans les  fours à ciment, benchmarking international des traitements par  co-incinération (best practices) ainsi que les conditions de valorisation  par type de déchets figurent parmi les volets évoqués dans cette rencontre. Il avait également permis d’aborder les enjeux environnementaux de la  co-incinération des déchets et la règlementation et aspects financiers des  procédés de traitements et des filières.

Selma Dey