Publications: Entrée de la revue « Oussour djedida » au portail algérien des études scientifiques

0
144

 

La revue « Oussour djedida » (époques nouvelles) publiée par le laboratoire d’histoire d’Algérie de l’université d’Oran 1 « Ahmed Benbella » a été introduite au portail algérien des études  scientifiques, a-t-on appris jeudi du chef du laboratoire.

Un premier numéro de cette revue est paru sur ce site électronique pour enrichir les bibliothèques avec un nombre considérable d’articles abordant  l’histoire et la civilisation par des chercheurs d’universités d’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et de la Palestine, a indiqué Abdelkader Boubaya, qui est aussi rédacteur en chef de ce biannuel paraissant depuis 2011. Ce numéro comporte plusieurs articles abordant différentes ères dont l’histoire ancienne, avec un article traitant de la décoration et de la sculpture en Egypte et régions africaines à l’époque préhistorique de son auteur Zineb Abdeltawab Ryad Khamis d’Egypte et des ouvrages du Dr. M’hamed Boucherit d’Algérie sur Kahina et sa réaction face à la présence musulmane au Maghreb. Le professeur Ibrahim Abou Remis de Palestine a consacré un  article à une étude historique archéologique à « La porte de la charia » de l’Alhambra. Mohamed Ali Dabour d’Egypte propose un recueil de textes de l’histoire perdue d’Ibn Salt Eddani El Andaloussi et des ouvrages d’El Mahdjoub Keddar du Maroc sur les aspects de la contribution du commerce extérieur à l’émergence de l’élite commerciale au Maghreb au Moyen âge. Le lecteur trouve aussi des thèmes dont l’enquête du premier tome du manuscrit d’un écrivain inconnu « Aperçu sur la vie du Bey Mohammed El Fateh d’Oran » par Dr Amine Kertali d’Algérie. Dr Larbi Belazzouz traite de la campagne de christianisation des orphelins algériens lors des famines de 1876-1868 dans la région de Chlef et Dr Salah Hussein Houdla du vol des monuments palestiniens. Le nouveau numéro sera le dernier édité par le laboratoire « Histoire de l’Algérie » sur papier. Un budget sera consacré à l’impression de mémoires de doctorat de valeur afin d’encourager les étudiants à compléter des  travaux scientifiques distingués et enrichir les bibliothèques par des œuvres de chercheurs algériens.